Guerre des chiffres au Gabon

Un discours d’apaisement domine, même si les deux camps revendiquent la victoire.

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

 

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

Le secrétaire général des Nations unies a adressé un message à l’endroit du peuple gabonais et de la classe politique nationale pour que le processus électoral enclenché il y a quelques semaines puisse aller normalement à son terme. Il invite les acteurs politiques à respecter les résultats du scrutin qui exprimeraient le choix du peuple souverain. Le message du patron de l’ONU n’est pas si éloigné que cela des discours des différents acteurs politiques gabonais, qui au-delà de leur farouche détermination à remporter la victoire, invitent leurs sympathisants au calme. Du moins pour l’instant. Dans tous les cas, la presse gabonaise n’a eu de cesse de rappeler aux Gabonais le triste souvenir des violences post-électorales de 2009, qui avaient profondément divisé le pays. Il n’est  donc plus question de faire revivre ces moments difficiles aux populations.

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

Mais il est difficile de calmer les ardeurs de certains, au regard de la surenchère verbale et parfois de la violence physique observée pendant la campagne. Certains discours ont, en effet, exacerbé des ressentiments de certains Gabonais à l’encontre d’autres Gabonais, ce qui fait craindre des débordements au moment de la proclamation des résultats. Cette crainte est décuplée par la revendication prématurée de la victoire par certains candidats, notamment l’opposant Jean Ping, qui a réitéré lundi après-midi devant ses militants qu’il est sûr de sa victoire et qu’il ne faisait guère confiance à la Cenap. Le camp présidentiel a également rassuré ses militants sur l’issue du vote.

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

Toujours est-il que face à la confusion, certains acteurs politiques gabonais ont commencé à se positionner. Pierre-Claver Maganga Moussavou, candidat à la présidentielle a ainsi félicité Jean Ping qui serait selon lui le vainqueur du scrutin de samedi dernier. Dieudonné Minlama Mintogo autre candidat à la présidentielle a, quant à lui, décrié l’absence de projet de l’opposition et se prononce pour la continuité avec Ali Bongo Ondimba. Un autre candidat à Bruno Ben Moubamba a déclaré qu’il accepterait les résultats publiés par la Cenap. Il a en outre invité ses compatriotes au calme.

Read also : Tirage au sort de la CAN 2021 : inspection au Palais des Congrès

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category