Afrique du Sud: l’insubmersible Jacob Zuma

 Le président sud-africain, très critiqué ces dernier temps, garde le soutien de son parti, l’ANC.

Mercredi, Jacob Zuma a reçu le soutien de son parti, le Congrès national africain (ANC) face aux feux nourris de critiques dont il fait l’objet depuis quelques semaines. La tension a atteint son pic en fin de semaine dernière, lorsque le président sud-africain  a décidé de remanier son gouvernement en limogeant notamment son ministre des Finances, Pravin Gordhan, qui jouit d’un important capital sympathie dans le pays. Même dans son propre camp, Jacob Zuma a été critiqué et plusieurs appels à sa démission ont été lancés. Son vice-président, Cyril Ramaphosa, a pour sa part qualifié le limogeage de Pravin Gordhan d’ « inacceptable ». Dans le même sillage, la Cosatu, puissant syndicat allié historique de l'ANC a réclamé mardi la démission du président Zuma. Un fait inédit. La crise semblait dès lors profonde. Mais aujourd’hui il semble bien que l’orage soit passé. En effet, le secrétaire général de l’ANC, Gwede Mantashe a insisté mercredi lors d’une conférence de presse, sur « le besoin d'unité du parti et de ses alliés dans l'intérêt de l'Afrique du Sud». Il n’est pas question selon lui de refuser le débat interne, mais ce qu’il faut éviter c’est la cacophonie en public. « Des officiels (du parti) ont fait part de leur désaccord. Ils ont ensuite reconnu que leurs dissonances publiques étaient une erreur qui ne doit pas se répéter », a lancé Gwede Mantashe.
Le secrétaire général de l’ANC a mis en garde les députés de l’ANC qui seraient tentés de voter pour l’opposition.  Le parti au pouvoir a une confortable majorité au parlement (249 députés sur 400). Mais si 50 députés de l’ANC retournent leur veste, la motion de défiance de l’opposition a une chance de passer.Mais « aucune armée n’accepte que ses soldats soient commandés par l’ennemi. Aucune armée nulle part dans le monde. Ce pour quoi nous travaillons, c’est l’unité de l’ANC. Nous nous battrons, nous travaillerons ensemble pour la maintenir. Et le président Jacob Zuma est le président de l’ANC », a conclu Gwede Mantashe. L'an dernier déjà, Jacob Zuma avait survécu à plusieurs motions de défiance au parlement.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category