Marie Hélène Ngoa: dame de fer

 A la tête de la mairie d’Akono depuis 2007, cette Camerounaise d’origine française nourrit le rêve de transformer cette commune malgré les difficultés

 

Elle a perdu de sa jeunesse mais Marie-Hélène Ngoa, maire de la commune d’Akono est restée dynamique. Forte. La tête pleine d’ambitions comme à son arrivée dans cette circonscription communale en 2007. Car d’après elle, la femme maire a un grand rôle à jouer pour l’amélioration des conditions de vie des populations. Elle connaît les problèmes des femmes et des enfants mieux que les hommes. Pour cela, Marie-Hélène Ngoa prend son travail au sérieux et parle de la ville d’Akono comme si elle y a vu le jour. Pourtant, c’est une française d’origine. Marie-Hélène Ngoa est devenue Camerounaise en 1966, après s’être mariée à Henri Ngoa, père de ses cinq enfants. Son époux s’en est allé en 1975 et elle a décidé de rester au Cameroun. D’abord enseignante à l’université de Yaoundé I et en 2007, elle arrête tout pour se consacrer aux 20 000 âmes de la commune d’Akono. 10 ans plus tard, elle ne regrette pas son choix. « Je suis arrivée au Cameroun le 1er novembre 1968. C’était pour m’y installer définitivement. Ce n’est pas maintenant que je vais changer d’avis », martèle-t-elle.
Et ce ne sont pas les populations de la ville d’Akono qui s’en plaignent. Grâce à un partenariat engagé avec l’Association des communes du Rhin en France, Madame le maire a permis à plusieurs villages de l’arrondissement d’Akono de se doter de points d’eau potable. Il y en a 90 actuellement pour les 36 villages de l’arrondissement. Et pour ce qui est du marché, le maire a donné un coup de balai à ce qui existait depuis des lustres. « Quand je suis arrivée, il n’y avait pas de marché à Akono. J’ai cassé toutes les vieilles baraques qui servaient de boutiques pour tout reconstruire », raconte-t-elle. Durant ses mandats également, des voiries ont été aménagées. Le centre culturel communal et la bibliothèque ont été construits. Les lieux ne sont pas très fréquentés mais, cela ne décourage pas l’initiatrice. Elle rêve toujours grand. Marie-Hélène Ngoa dit ne pas toujours être soutenue par ses conseillers municipaux mais tient malgré tout à transformer la municipalité. Sa plus grande ambition actuelle est celle de rénover toute la mairie d’Akono. Elle entend aussi finaliser le plan d’urbanisme de la ville et faire des berges de la rivière Akono, un site touristique.
Malgré les pressions issues du milieu politique alors que les élections de 2018 approchent, Madame le maire, 76 ans, reste optimiste : « Mes adversaires ne font pas le poids contre moi, je n’ai pas d’argent pour battre campagne, mais pour moi c’est mon bilan qui fera ma campagne. Il y a des conseillers qui veulent m’ennuyer mais ils ne pourront rien faire. Mon équipe est solide », prévient-elle.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category