UMS: petit poucet devenu grand

Le club monté en Ligue en 2013 vient de décrocher son premier titre de champion du Cameroun.

La tension n’était pas perceptible mais nul ne niait qu’à un moment, l’Union des mouvements sportifs (UMS) de Loum ne pensait qu’à ces trois points-là. Il lui suffisait d’une seule victoire durant les trois rencontres de fin du championnat d’élite pour que la jeune pousse rentre davantage dans l’histoire nationale du foot. Après la coupe du Cameroun l’an dernier, UMS visait la place de numéro un du championnat. C’est chose faite. Etabli dans l’arrière-pays, c’est un champion peu ordinaire qui a disputé le match en retard de la 32e journée du championnat lundi à Douala contre New Star (remporté 2-1 par l’équipe de Loum). Rien n’aurait vraiment pu présager ce succès après un début de saison marqué par plusieurs changements sur le banc de touche lors des dix premières journées. Mais, le jeune club a forcé son destin.
Il y a, en effet, six ans seulement que le club a commencé son exceptionnelle ascension vers les sommets locaux du football. A l’orée d’un sacre, il s’est retiré dans le fief qu’il se construit, par choix, entre les plaines de Loum. Les joueurs y sont surveillés comme dans une famille. Sur le terrain d’entraînement voisin de celui des compétitions flambant neuf, ils peaufinent la stratégie de circonstance du coach Adolphe Eke. Mais les reporters de CT rendus sur place le week-end dernier n’en sauront pas plus. Les encadreurs veillent alors sur ce moment crucial en vue de la succession au Coton Sport de Garoua.
Les responsables de la sélection nationale qui n’ont pas retenu des joueurs d’UMS en prévision des prochaines rencontres des Lions indomptables se sont-ils donc trompés ? Non, assurent divers experts, il s’agit juste d’une évaluation sur le champ, qui ne tient pas compte des performances tout au long de la saison. La preuve : sur-les-24 pré-nominés pour le titre de meilleur joueur de la Ligue I de football (2015-2016), cinq licenciés de l’UMS ont été retenus. « Nous sommes les meilleurs », s’enthousiasme naturellement Luciano, qui partage sa passion du club et du foot avec des milliers de fans du petit poucet de Loum devenu grand. Preneur de vues dans le civil, l’homme accompagne l’équipe autant qu’il rend compte de ses exploits désormais remarqués grâce au mariage entre un investissement social et des talents sportifs. Tous les stades du Cameroun savent en effet distinguer les pointes de vitesse vers les buts d’un Rostand Kako, lorsqu’il est servi par Arouna Dang à Bissene, quand ce n’est pas Alphonse Tientcheu qui bénéficie de l’organisation réussie des bleu et jaune.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie