Marché financier camerounais: la reconnaissance internationale

 A travers sa commission de contrôle, notre pays a accédé à l’organisation mondiale gendarme du secteur.

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

La Commission des marchés financiers (Cmf) est depuis mars membre associé de l’Organisation internationale des Commissions des Valeurs (Oicv), l’institution qui, à l’échelle du monde, standardise et régule les opérations des titres (valeurs mobilières échangées en bourse ou en dehors). Au siège de la Cmf à Douala, l’on se réjouit de rentrer dans ce cercle car l’élection de la commission confirme la dynamique en marche dans le secteur. Laquelle devrait hisser la place boursière du Cameroun au niveau que peut lui permettre d’atteindre le potentiel endormi de capitalisations de l’économie locale.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Pour autant, ce n’est pas la reconnaissance internationale qui a lancé ou fait éclore les autres bourses africaines ou dans le monde. Cette admission de la Commission des marchés financiers au statut de membre Associé de l’Oicv n’est pas la panacée, concèdent les responsables de l’office de régulation des transactions boursières et autres appels publics à l’épargne. A la Cmf, on admet que si elle ne va pas « radicalement relever notre marché au niveau qu’il mérite, au regard de l’importance de l’épargne oisive des Camerounais », cette entrée va renforcer le courant actuel de développement de la place financière concernée.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

De fait, ajoute-t-on à la direction, l’encadrement règlementaire, à la fois en termes d’agrément, de contrôle, de facilitation, d’information des acteurs actuels et ceux qui vont se créer comme Opcvm (Organisme de placement collectif de valeurs mobilières), sera plus actualisé à travers la coopération induite par cette adhésion. Au-delà, pour le président de la Cmf, « c’est une marque de confiance en la régulation camerounaise que cette admission apporte pour les acteurs, les investisseurs, les épargnants », dès lors que l’on peut se rappeler qu’il y a longtemps que le Cameroun frappe à la porte de l’Oicv. Les premières démarches pour l’admission de la Cmf à l’Oicv datent en effet de huit ans.

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

 

Read also : Loi de finances 2021 : de grandes innovations fiscalo-douanières

 

Read also : Mise en place des exécutifs régionaux : le jour-j

Jean-Claude Ngbwa: « C’est le gage des bonnes pratiques »

Read also :

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category