Bafoussam: six radios fermées

Un vent d’assainissement engagé depuis juillet par le délégué régional de la Communication vise surtout les entreprises audiovisuelles. 

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

« Sur 26 radios que nous avons dans la région, environ une quinzaine est clandestine. Toutes ces entreprises n’ont pas une licence pour opérer. Il y a une sorte de défiance de la part des opérateurs des entreprises de communication de la région ». Le constat est de Simon Ekolle Penda, délégué régional de la communication de l’Ouest. 

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

Depuis le 1er juillet dernier, il a engagé une opération qui vise à assainir l’environnement médiatique de la région. Il dit s’inspirer du communiqué du ministre de la Communication d’octobre 2014, qui intime aux entreprises de communication d’être en règle. Selon l’esprit du texte, tout opérateur doit avoir une licence, à défaut une autorisation provisoire, pour ce qui est de l’audiovisuel. L’opération qui a débuté par le département de la Mifi, concerne prioritairement les entreprises audiovisuelles. 

Read also : Tirage au sort de la CAN 2021 : inspection au Palais des Congrès

Elle a conduit à la fermeture de six organes opérant dans l’audiovisuel : Radio Vox Ecclesiae (RVE), Radio Star, Radio universitaire Tankou (RUT FM), Vino TV, NGTV et Gic ODIAVO. « Pour le moment, presque neuf médias peuvent opérer sans problème, parce que leurs dossiers sont en cours de traitement », ajoute Ekolle Penda. Même si le délégué régional reconnaît que la plupart de ces médias « clandestins » ont déposé les dossiers d’octroi d’une licence, et disposent de récépissés de dépôt, il reste intransigeant l’aspect de la loi. 

Read also : Rdpc : 23 militants graciés et réhabilités

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category