Garoua: 50 «médiateurs» contre l’incivisme

Ces jeunes volontaires sont engagés pour la riposte contre les actes inciviques dans la région.

Au regard du phénomène d’incivisme sans cesse grandissant dans les villes et villages de la région du Nord, la mise sur pied de groupes de jeunes volontaires pour la promotion de l’éducation civique s’avérait nécessaire. D’où l’idée de l’administration en charge de la Jeunesse et de l’Education civique, de doter les communautés locales d’un mécanisme de riposte, à travers le concept de «médiateurs communautaires».  
Pour concrétiser ce projet et mener à bien cette opération, la sélection des éléments constitutifs de ce  groupe chargé de conduire cette activité sur le terrain dans la région, s’est opérée parmi les jeunes de la première cuvée de volontaires formés par l’antenne régionale du Service civique national de Participation au Développement du Nord. Au nombre de 50, les «médiateurs communautaires », pionniers, sont issus des communes d’arrondissement de Garoua I, II et III ; à raison de 22 pour la commune d’arrondissement de Garoua I, 18 pour Garoua II et 10 pour Garoua III.
En lançant, le 12 août dernier à Garoua, les activités devant ponctuer la célébration de l’édition 2016 de la Journée internationale de la Jeunesse dans la région du Nord, couplée au lancement de l’opération « Vacances citoyennes », l’inspecteur général des services du gouverneur du Nord, André Onana Dzana, a souligné que la nouvelle stratégie, mise sur pied par le Minjec, qui rentre dans le cadre des mesures concourant à la lutte contre l’incivisme dans nos sociétés, contribuera à coup sûr au recul des attitudes inciviques au sein de celles-ci. Dans le souci de les galvaniser, des bicyclettes ont été, à l’occasion, remises à ces premiers «médiateurs communautaires» de la région, à l’effet de leur permettre de mieux se déployer.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie