Présidentielle gabonaise: Ali Bongo Ondimba réélu

Avec 49,80% des voix, le président sortant coiffe sur le fil l’opposant Jean Ping (48,23%) qui a aussitôt contesté les résultats. 

Le prochain président gabonais est également l’actuel. Ali Bongo va succéder à lui-même d’après les résultats de la présidentielle du 27 août dernier, proclamés mercredi par le ministre gabonais de l’Intérieur, Pacôme Moubelet Boubeya. D’après les chiffres transmis par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap),  Ali Bongo Ondimba a totalisé 177 722 voix sur les 356 890 suffrages valablement exprimés. Cela représente un pourcentage de 49,80 %. Pour sa part Jean Ping,  son challenger totalise 172 128 voix, soit un pourcentage de 48, 23  %. Ces résultats ont été proclamés au terme de plus de 30 heures de conclave à la Cenap qui centralise les données nationales. Et il a fallu un vote des huit membres (en réalité cinq, les trois représentants de l’opposition n’ont pas pris part au vote de la Cenap) pour entériner les résultats de la présidentielle qui ont été lus conformément à l’article 113 de la loi électorale gabonaise par le ministre de l’Intérieur.
Aussitôt après sa réélection, Ali Bongo Ondimba est intervenu en direct à la télévision nationale pour saluer ses concurrents. «Je félicite mes compétiteurs dans cette élection qui fut très disputée, forte et démocratique. Même si nous pouvons déplorer des dérives pendant et après la campagne et des tentatives de déstabilisation que nous avons pu, en partie déjouer», a-t-il affirmé.
L’annonce des résultats officiels provisoires est venue mettre un terme à un suspense de plusieurs jours qui a tenu les Gabonais en haleine. Comme il l’avait déjà annoncé, il y a plusieurs jours, le leader de l’opposition, Jean Ping a annoncé qu’il n’acceptait pas ces résultats. Les délégués de l'opposition au sein de la Cenap ont notamment dénoncé les procès-verbaux en provenance de la province du Haut-Ogoué. Ils souhaitaient un recomptage bureau par bureau pour rétablir la vérité des urnes. Le président de la Cenap a opposé une fin de non-recevoir à cette revendication qui est de la compétence de la Cour Constitutionnelle  chargée du contentieux électoral. 
Les partisans de Jean Ping qui étaient mobilisés par dizaines à son quartier général de Libreville ont commencé à manifester bruyamment. Quelques actes de vandalisme ont été enregistrés dans certains quartiers de Libreville. Mais dans l’ensemble, les forces de l’ordre qui avaient pris des dispositions depuis plusieurs jours ont maîtrisé la situation. 
Dans les quartiers, le résultat de la présidentielle est l’objet de toutes les conversations. La proclamation de la victoire d’Ali Bongo Ondimba ouvre une nouvelle étape, celle du contentieux électoral devant la Cour constitutionnelle. C’est elle qui devra examiner les plaintes éventuelles de l’opposition. Et c’est cette cour qui devra clôturer le processus électoral avant la proclamation officielle du vainqueur définitif du scrutin d’ici une quinzaine de jours. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie