Garoua: de nouveaux édifices pour les services publics

 La préfecture de la Benoue, un hôtel de ville, une sous-préfecture et la salle des fêtes de la Communauté urbaine, inaugurés hier par le MINATD.

Moments chaleureux, au propre comme au figuré, hier en mi-journée à Garoua. Malgré la canicule, les populations sont sorties nombreuses pour assister aux cérémonies d’inauguration des édifices publics, par le ministre de l’Administrations territoriale et de la Décentralisation (MINATD). René Emmanuel Sadi était accompagné pour la circonstance par Jules Doret Ndongo, le ministre délégué auprès du MINATD chargé des Collectivités territoriales décentralisées, ainsi que du directeur général du FEICOM, Philippe Camille Akoa. Premier arrêt, le bâtiment abritant les services de la préfecture du département de la Bénoué. Cet immeuble R+2, bâti sur une superficie de 4 800 m2, dispose de 25 bureaux, d’une salle de réunion, d’une salle de banquet, de six secrétariats et de toilettes. Selon les informations recueillies auprès des responsables de la préfecture, le bâtiment aurait coûté plus de 386 millions de F.  Non loin de là, se dresse majestueusement le nouvel hôtel de ville de Garoua 1er, où le MINATD fera sa deuxième escale. Ici, l’on est en présence d’un immeuble R+1, disposant de 25 bureaux, d’une salle des actes, d’une salle de conseil, de douze toilettes, entre autres. Le maire Mohammadou Kaou, explique que l’ouvrage a été financé entièrement par le FEICOM, à hauteur de plus de 180 millions de F.
Au quartier Poumpoumré où se trouve la nouvelle sous-préfecture de Garoua 2e, c’est un bâtiment flambant neuf qui a été inauguré par le MINATD. Les 11 bureaux, deux salles d’eau équipées, un garage, ont coûté la rondelette somme de 73,8 millions de F. Faisant d’une pierre deux coups, René Emmanuel Sadi a procédé à la pose de la première pierre  de l’hôtel de ville de Garoua 2e. L’apothéose, en attendant le tour du Mayo-Rey demain, c’était dans la salle des fêtes de Garoua. Bâti en plein centre-ville, non loin de la poste centrale, l’immeuble R+1 dispose d’un sous-sol aménagé. Le joyau architectural a une capacité d’accueil de 500 places, avec six bureaux et plusieurs toilettes. Son coût total est de près de 600 millions de F, avec une quote-part du FEICOM à hauteur de 392 millions de F, et le reste sur fonds propres de la Communauté urbaine. René Emmanuel Sadi, en parlant de toutes ces réalisations du gouvernement, explique qu’« il s’agit là d’avancées concrètes et significatives, attestant d’une décentralisation résolument en marche et porteuse de grandes promesses ». Ces joyaux architecturaux viennent non seulement embellir la ville de Garoua, mais constituent aussi des « lieux par excellence de concertation et de réflexion sur l’avenir et le devenir de la cité, et des espaces d’encadrement des populations ainsi que la réalisation de leur désir d’épanouissement culturel et social », a laissé entendre le MINATD au cours de son discours d’inauguration délivré à la place des fêtes de Garoua.

René Emmanuel Sadi: « La décentralisation est en marche »

Ministre del’Administration territoriale et de la Décentralisation

« J’ai été instruit par le président de la République, Son Excellence Paul Biya, de tout mettre en œuvre dans le cadre de la feuille de route du MINATD, pour doter l’administration préfectorale et les collectivités territoriales décentralisées de conditions de travail adéquates. Garoua, naturellement, du point de vue de son importance, méritait que nous la dotion de toutes ces infrastructures, aussi bien du côté de la préfecture, qu’au niveau des autres administrations, y compris cette belle salle de fêtes de la communauté urbaine. Ce que je suis donc venu faire, sur hautes instructions du président de la République, c’est de constater par moi-même ce qui se fait. C’est également une illustration que la décentralisation est en marche ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category