Programmes routiers intégrateurs : on évalue les travaux

 Réduire les délais de procédure de passation des marchés est l’une des résolutions réaffirmée lors de la 5e session du comité de pilotage tenue hier à Yaoundé

 

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Travaux publics chargé des routes, Louis Max Ayina Ohandja, a présidé hier une session du Comité national de pilotage des programmes routiers intégrateurs, du Projet de facilitation des transports et de transit en zone Cemac et du Projet de transport multimodal. Objectif, évaluer les performances au cours de l’exercice 2016, valider les programmes de travail 2017 de la cellule Banque africaine de développement-Banque mondiale- et de Camrail, et aussi, identifier les obstacles endogènes et exogènes susceptibles d’entraver la mise en œuvre efficiente des projets.
Mathurin Zanga, chef de la cellule BAD-BM a indiqué que ces projets du Comité de pilotage financés par plusieurs partenaires sont aujourd’hui  à des niveaux de maturation distincts. « Il y a des projets qui sont en leur phase terminale, il y en a qui sont en cours d’exécution et ceux en cours de démarrage », a-t-il expliqué. Au total, 13 projets développés par plusieurs partenaires financiers et techniques. Notamment l’Etat du Cameroun, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (Bad), l’Agence française de développement (AFD). Le volume de ressources mobilisées avec l’appui de ces partenaires est d’environ 1350 milliards de F. Mais tout ne se passe pas toujours sans difficultés. Dans ce registre, il y a la longueur des procédures de passation des marchés, la faible cadence d’exécution des projets par certaines entreprises. A cet effet, le coordonnateur du Bureau de gestion du fret terrestre, El Hadj Oumarou, a indiqué que les transporteurs étaient impatients au sujet de la date de démarrage des travaux de réhabilitation de certains tronçons, notamment Mora-Dabanga-Kousseri. « Ce sont des  zones à risque et tout le monde peut comprendre qu’il y a des retards au niveau de la passation des marchés ». Mais déjà, le chef de la Cellule BAD et bien d’autres experts rassurent en indiquant qu’il y a une réduction substantielle des délais et que les travaux pourront  démarrer avant le début de la saison des pluies dans cette partie du pays.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category