Camair-Co: des frayeurs pour le Dja

Des boules de feu se sont échappées de l’appareil vendredi soir alors qu’il s’apprêtait à décoller vers Douala. Au finish, plus de peur que de mal.

« On a vu du feu mais ça s’est éteint aussitôt. Je n’ai pas eu peur, peut-être parce que j’étais beaucoup trop énervée à cause du retard à l’embarquement, de 13h à 19h », rapporte une passagère de Camair-Co, rencontrée samedi matin à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. La jeune dame est venue récupérer ses bagages, abandonnés la veille à bord du Dja, Boeing 747 de la compagnie aérienne nationale. Vendredi soir, en effet, l’engin qui avait entamé des manœuvres de décollage en direction de Douala n’a finalement pas quitté la piste. « L’avion a roulé sur environ 300 mètres et subitement on a vu des flammes s’échapper du réacteur au niveau de l’aile gauche. La tour de contrôle a interpellé le commandant à bord pour qu’il immobilise immédiatement l’appareil », explique un mécanicien de Camair-Co, assistant du chef d’escale. Et selon des sources concordantes ayant vécu la scène, les sapeurs-pompiers se sont spontanément déployés, mais ils n’ont rien eu à faire, « car les jets de feu étaient passagers, certainement dus à l’expulsion d’un corps étranger du réacteur », souligne le mécanicien.
Conformément aux procédures de l’aviation, le Dja a donc été immobilisé vendredi autour de 19h à Yaoundé-Nsimalen. « Puisque l’avion était sur la piste et ne pouvant faire marche-arrière, il a été poussé vers un coin de parking et les passagers débarqués pour besoin d’enquête et de réparation », rapporte l’une de nos sources. Des travaux qui ont finalement été faits dans la matinée de samedi, avec l’aide de techniciens venus de Douala. Un déploiement apparemment inutile. Car « il n’y avait rien. Le Dja est en bon état. La flamme a été causée par l’expulsion d’un corps étranger. Ce sont de petites choses qui arrivent souvent », explique de façon tout à fait décontractée l’un des deux mécaniciens d’Ethiopian Airlines, venus en renfort aux collègues de Camair-Co. 
Samedi, le commandant et l’équipage étaient attendus pour ramener le Dja à Douala. Le décollage a effectivement eu lieu ce jour-là à 16h40. Malgré l’incident de la veille, qualifié par les techniciens de mineur, la peur avait gagné les réseaux sociaux. D’aucuns parlaient même d’explosion. Mais du côté de Nsimalen, c’était le calme plat. Les gens vaquaient normalement à leurs occupations. Mais, le Dja était le principal sujet de conversation. Il était bien visible de l’extérieur, avec aucun dégât apparent. Pendant une demi-heure environ, des hommes en chasuble jaune faisaient des va-et-vient autour de l’engin, avant de le laisser reprendre son envol. A bord, les membres de l’équipage et les techniciens venus de Douala.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie