Fête de l’unité: faste et solennité

Le président de la République, Paul Biya, a présidé samedi le défilé militaire et civil, très coloré, qui a duré deux heures et demie, au Boulevard du 20 mai.

Le chef de l’Etat est resté fidèle à ses habitudes, samedi. Le respect de l’heure : Paul Biya est arrivé au Boulevard du 20 mai, à 10 h. Le chef des armées est accueilli par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. Le rituel de la célébration de cette 45e édition de la fête de l’unité s’enchaîne. Après l’exécution de l’hymne national, le chef de l’Etat prend place à bord de sa limousine décapotable, pour la revue des troupes placées sous les ordres du général de brigade Simon Ezo’o Mvondo. Le président prolonge cette revue des troupes, en allant saluer dans son parcours, les populations civiles massées le long du Boulevard. Le public ne boude pas son plaisir, en l’ovationnant, en l’acclamant. Le ton de la fête est donné. Paul Biya boucle ce rituel et prend place à la tribune d’honneur où la première dame, Chantal Biya, l’avait précédé. Les corps constitués nationaux, les membres du corps diplomatique et les invités spéciaux sont déjà en place. Les deux autres tribunes ont également fait le plein d’œuf.
Le défilé militaire constitue la première articulation de cette célébration grandiose. Le général de brigade Simon Ezo’o Mvondo, commandant les troupes, assisté du colonel Enow Eyong Joseph, donne le rythme. Le public exulte. Pendant que les troupes entament le défilé à pied, les avions et hélicoptères militaires synchronisent dans les airs, au-dessus du Boulevard du 20 mai. A la satisfaction du public, émerveillé et impressionné. Le ton monte d’un cran lors de passages réussis des détachements de la Garde présidentielle, de la gendarmerie nationale, des élèves officiers de l’EMIA,  des élèves de l’école des sous-officiers, des éléments de la marine nationale... Les passages du BIR, de l’armée de terre, ont arraché des applaudissements nourris. Les gabelous, les soldats du feu, les gardiens de prison ont tenu leur rang. L’assistance a apprécié le passage de la police qui alignait dans ses rangs, le premier policier Gbaka pygmée, Christian Abolo. On a salué la bravoure du contingent des soldats camerounais, anciens casques bleus des Nations unies, qui ont représenté notre pays dans des pays en guerre. Les anciens combattants et anciens militaires ont montré qu’ils ont encore de beaux restes. Le défilé motorisé a montré un bel échantillon de l’arsenal de nos forces de défense.
Le défilé civil, deuxième temps fort, a permis de traduire davantage dans les faits le thème de la fête, à savoir : « Armée et Nation, en parfaite synergie pour un Cameroun uni dans sa diversité, attaché aux idéaux de paix, de stabilité et de prospective ». Les écoliers, élèves et apprenants des écoles de formation, les étudiants des universités publiques et instituts privés, ont magnifié, à travers des chants patriotiques, les valeurs de l’unité, de l’intégration, du vivre-ensemble... La vitalité des institutions et la cohésion sociale ont ainsi été exaltées. Huit partis politiques, à savoir, l’UDC, le FSNC, le MDR, le MRC, l’UNDP, l’ANDP, l’UPC ont apporté leur touche à la fête. Et le RDPC a fait une démonstration de force, pour clore cette cérémonie, faste et solennelle. Sous le beau temps qui par sa clémence a baigné la ville dès les premières heures de la journée, l’assistance n’a pas vu les deux heures et demie s’écouler. Le départ du cortège présidentiel du Boulevard du 20 mai a bouclé cette cérémonie grandiose.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie