Frontière Turquie-Syrie: revers pour l’Etat islamique

La nébuleuse terroriste a perdu sa dernière position dimanche dernier au terme d’affrontements avec l’armée turque.

L’organisation de l’Etat islamique (EI) est coupée depuis dimanche dernier de tout contact avec l’extérieur au niveau de la frontière entre la Turquie et la Syrie. La nébuleuse terroriste dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi a perdu la dernière position qui lui servait de point de passage pour les recrues et l’approvisionnement en biens et services, à la suite d’affrontements avec l’armée turque. Selon Binali Yildrim, Premier ministre turc, l’armée turque contrôle désormais cette zone allant de Jarablos jusqu’à Azaz dans la partie sud du pays.
Pour Didier Billion, directeur adjoint de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) de France, «ça va donc compliquer la tâche des djihadistes en terme de livraison d’armes, de ravitaillement sanitaire ou alimentaire, mais aussi en terme de lieux de passage des apprentis djihadistes qui confluaient vers l’Etat islamique.» Mais, le stratège se veut tout de même prudent et avertit que cette débâcle ne rime pas cependant avec éradication de l’EI. «Non, il subsiste toutes les voies de ravitaillement qui passent par l’Irak. La frontière irako-syrienne avait été détruite symboliquement par les troupes de l’Etat islamique au mois de juin 2014. Là encore, l’Etat islamique est affaibli, mais pas du tout éradiqué. Il y a encore des voies de communication entre la Syrie et l’Irak», prévient-il.
Cette offensive qui rentre dans le cadre de l’opération «Bouclier de l’Euphrate», ouvre un nouveau front qui devra conduire l’armée turque davantage vers le sud pour reprendre Al-Bab, l’un des derniers territoires dans la région d’Alep encore aux mains des islamistes.  
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie