Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

International

Afghanistan: odieux attentat à Kaboul

 L’attentat à la voiture piégée survenu hier dans la capitale afghane a également fait plus de 80 morts et au moins 30 blessés

 

Le bilan était sans appel hier. Plus de 80 personnes tuées et plus de 300 autres blessées sur le carreau dans un attentat, selon un bilan provisoire communiqué par Waheed Majroh, porte-parole du ministère afghan de la Santé. Cette source a également indiqué que le bilan pourrait s’alourdir étant donné que d’autres corps se trouvaient encore dans les débris. Aux premières heures de la matinée, les terroristes ont frappé en plein cœur de Kaboul au quartier diplomatique. L’attaque sanglante est survenue près d’un check-point conduisant vers le palais présidentiel, non loin des ambassades allemande et indienne. Selon le ministère afghan des Affaires étrangères, « un kamikaze a actionné un véhicule bourré d’explosifs place Zanbaq dans le 10e district de Kaboul. » Le chef de l’exécutif afghan qui a condamné l’acte criminel, a promis des représailles contre les auteurs. « Nous sommes pour la paix mais ceux qui nous tuent pendant le mois sacré de Ramadan ne méritent pas d’être appelés à faire la paix, ils doivent être détruits », a lancé Abdullah Abdullah.
L’ambassadeur de l’Inde a fait savoir qu’aucun personnel de son ambassade n’a été touché et  a confirmé que l’attaque était d’une rare violence. « L’explosion a été très forte et les bâtiments à proximité, le nôtre y compris, ont subi des dégâts considérables en termes de vitres et fenêtres brisées, de portes soufflées », a lancé Manpreet Vohra sur la chaîne Times Now. Marielle de Sarnez, ministre française des Affaires européennes, a affirmé que l’ambassade de France à Kaboul a subi des « dégâts matériels », sans autres précisions. Devant la gravité de la situation, les autorités ont lancé un appel d’urgence en faveur d’un don de sang. Les talibans quant à eux ont nié toute implication dans cet attentat qu’ils ont fermement condamné par la voix de leur porte-parole. Tous les soupçons pèsent désormais sur l’Organisation de l’Etat islamique (EI) qui ne s’était pas encore prononcée au moment où nous allions sous presse.  En moins de cinq mois, l’Afghanistan est secoué par des actes barbares d’une extrême gravité. Le 10 janvier dernier les villes de Kandahar, de Lashkar et de Kaboul avaient été la cible d’une série d’attentats qui a fait plus de 50 morts et 80 blessés.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps