Art contemporain: Yaoundé a sa galerie

Entièrement rénovée grâce au programme Contrat de désendettement et de développement (C2D), elle est ouverte depuis le 30 mai dernier

 

Un coup de neuf dans l’environnement de l’art contemporain camerounais. Yaoundé accueille sa première galerie, officiellement inaugurée le 30 mai dernier par le ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi, et Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun. Le bâtiment rénové, situé dans la même enceinte que la Centrale de lecture publique au lieu-dit « Education », est comme l’a souligné le MINAC, « un symbole de la synergie entre les gouvernements camerounais et français dans le périmètre culturel. » Les artistes de la capitale et d’ailleurs ont un lieu de plus pour laisser libre vent à leur créativité. D’ailleurs, elle abrite depuis hier sa première exposition : « Cheminements, art contemporain du Cameroun ».
Une réalisation rendue possible par le volet culturel du programme Contrat de désendettement et de développement (C2D). Pour Gilles Thibault, c’est une opportunité inédite qui se dresse ainsi, compte tenu des revenus que l’industrie culturelle a le pouvoir de générer. Cette structure devrait requinquer les contributions artistiques et faire décoller le chiffre d’affaires annuel des arts visuels au Cameroun, qui serait évalué à près de 500 millions de F. « Cette galerie va aider à dynamiser les industries créatives liées à l’art contemporain, tout en offrant la possibilité aux artistes de vendre leurs œuvres », a déclaré l’ambassadeur.
Les objectifs assumés de cette galerie sont nombreux, mais tournent essentiellement autour du rayonnement de l’art contemporain, de l’éveil des vocations et de la création des emplois. Les fruits du programme C2D sont effectifs pour Narcisse Mouelle Kombi, notamment sur le plan culturel. « Dans le cadre de la mise en œuvre du projet C2D-Culture, le ministère en charge desArts et de la Culture a bénéficié d’une enveloppe de 524 millions de F issue des fonds de réserve de la convention d’affectation du pilotage du Contrat de désendettement et de développement », a-t-il reprécisé. Six projets parmi lesquels la galerie d’art contemporain, ont bénéficié de cette somme. De quoi relever la création contemporaine camerounaise qui compte déjà parmi l’une des plus actives de la scène africaine, avec des noms comme Barthélémy Toguo, Joël Mpah Dooh, Francis Sumegne, Salifou Lindou, entre autres. Mettre en avant les créations des figures emblématiques de l’art contemporain camerounais, certes, mais aussi susciter des vocations auprès des jeunes, sont les résultats souhaités.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category