East Region: Angossas Population Edified On STIs, HIV

 Sous le patronage de la Première Dame du Cameroun, le programme de vaccination sociale a été lancé dans la localité au cours du week-end.

Il est étrange de noter qu'au cours de ce siècle, certaines personnes croient toujours que le VIH n'existe pas. Plus inquiétant est le fait que certains pensent que le VIH a été inventé pour empêcher les gens de s'amuser. C'est la mentalité de certains villageois dans la localité d'Angossa dans la division Upper Nyong dans la région Est. Avec un tel degré d'ignorance et le taux auquel le VIH ravage la population jeune d'Angossa, le programme de vaccination sociale a été lancé officiellement au cérémonie d'Angossa le 3 juin 2017 pour sensibiliser la population contre le VIH / sida et les infections transmissibles sexuellement ( STI). Tout en lançant le programme, le secrétaire général du bureau du gouverneur de la région Est, Ngazang Rachelle epse Akono a également inauguré une salle de vidéoconférence multimédia offerte à la population par la Première Dame du Cameroun, Mme Chantal Biya dans le cadre de ses actions humanitaires pour promouvoir une bonne santé parmi la population.
Le maire d'Angoussa, Anne Marie Tsitsol, a déploré le fait que les statistiques sur le VIH dans la localité sont effrayantes alors qu'elles se situaient à 10% en 2015, la majorité de la population ignorant la pandémie. Étant donné que l'un des principaux défis du Centre de référence international "Chantal Biya" pour la recherche sur la prévention et la gestion du VIH / sida (CIRCB) vise à apporter des solutions aux problèmes de santé, le Directeur général du CIRCB, le Professeur Alexis Ndjolo, a déclaré que Au centre sous les auspices de la Première Dame et avec l'aide de partenaires tels que l'UNESCO a créé le programme de vaccination sociale depuis 2009. Le programme qu'il a ajouté est destiné à développer dans les habitudes des jeunes apprenants et des valeurs positives afin que, lorsqu'elles grandissent, Ils pourront s'occuper d'eux-mêmes et ne pas être prédisposés au VIH / IST. Le professeur Alexis Ndjolo a expliqué que le taux de prévalence élevé du VIH (6,3 pour cent) dans la région Est a amené CIRCB à administrer le vaccin social dans quatre localités différentes de la région. Il a exhorté les gens à faire l'objet d'un dépistage systématique du VIH, d'accepter d'être en traitement si leur diagnostic était positif, d'accepter de mettre en place un traitement préventif tous les bébés nés de mères séropositives et que ces mères ne mélangent pas de lait maternel et artificiel lorsqu'ils nourrissent leurs bébés.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category