Programme C2D: Les fruits de la culture

Le 30 mai dernier à Yaoundé, une soirée a clôturé la deuxième phase qui porte sur nombre de réalisations dans le secteur.

Elle est le dernier produit du Contrat de désendettement et de développement dans son volet culture. La galerie d’art contemporain de Yaoundé inaugurée le 30 mai dernier, venait conclure la phase deux du (C2D)-culture. Ce programme illustrant la coopération entre la France et le Cameroun dans plusieurs secteurs, a vu la signature de sa composante culture en juin 2006. Onze années plus tard, les résultats du C2D-culture se voient dans diverses actions. Six projets sur le plan culturel ont bénéficié « d’une enveloppe de 524 millions de F issue des fonds de réserve de la convention d’affectation du pilotage du Contrat de désendettement et de développement », avait rappelé le ministre des Arts et de la Culture (MINAC), Pr. Narcisse Mouelle Kombi. Le C2D a ainsi permis la mise en place d’une stratégie de promotion des richesses culturelles du Cameroun.
L’association Cinéma numérique ambulant (CNA) fait partie de l’un des bénéficiaires du programme. Elle a pu combler son objectif d’amener le grand public des zones reculées du pays à découvrir, comprendre et aimer le cinéma. Nombre de projections ont eu lieu afin de glaner des cinéphiles, potentiels spectateurs de salles de cinéma. La bibliothèque mobile est également une des réalisations du C2D-culture. 4000 ouvrages, ainsi que des tablettes numériques avec des applications créatives et ludiques, avaient été mis à la disposition des populations au moment du lancement de la première phase dans huit localités de la région du Centre en octobre 2016.
Les deuxièmes assises sur les entreprises culturelles et industries créatives organisées par le MINAC avec l’appui technique de la Fondation Paul Ango Ela, du 27 au 29 avril dernier, comptent parmi les actions productives du C2D. Autre articulation mise sur pied avec la contribution de la Fondation Paul Ango Ela, le catalogue sur la ville de Yaoundé, intitulé « Yaoundé promenade patrimoniale », pour promouvoir l’art local et le tourisme culturel. A noter également comme autre opération dans le  cadre du C2D-culture, le financement d’ateliers de l’Institut spécialisé de formation aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique centrale (ISCAC). L’environnement culturel a reçu divers héritages issus de la phase II de ce programme. La prochaine étape est déjà très attendue.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category