Unité nationale: le parlement ne transige pas

A l’ouverture de la session de juin hier au Sénat, Marcel Niat Njifenji a dénoncé  tous les agissements qui pourraient mettre à mal l’unité  nationale et le vivre ensemble

 

La voix du parlement était certainement attendue, après la célébration du 45e anniversaire de l’Etat unitaire le 20 mai dernier. Le Sénat, à travers son président, Marcel Niat Njifenji, a d’abord salué la mobilisation remarquable des compatriotes, pour célébrer avec ferveur la fête nationale. Hier, à l’ouverture de la deuxième session de l’année législative, le président du Sénat a magnifié l’expression ardente du patriotisme et l’exaltation de l’appartenance à une même nation, à travers la participation massive des Camerounais au défilé. En revanche, Marcel Niat Njifenji a condamné certains leaders de partis politiques qui ont plutôt appelé au boycott de la fête nationale. « Le Cameroun est un et indivisible. Toute velléité de déstabilisation de notre unité doit être dénoncée, fustigée et condamnée avec la dernière énergie », a martelé le président du Sénat.
Sur un autre plan, le président du Sénat a été le porte-parole des populations rencontrées par les sénateurs lors de l’intersection auprès du gouvernement. Celles-ci, d’après les messages transmis aux sénateurs qui ont sillonné les régions, apprécient toutes les mesures prises par le chef de l’Etat, en vue d’apporter des solutions aux préoccupations des avocats anglophones. A titre illustratif, l’ouverture sur instructions du chef de l’Etat, d’un concours spécial de recrutement des auditeurs de justice d’expression anglaise à l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Par ailleurs, les populations, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, se disent foncièrement attachées aux idéaux de paix, d’unité et de stabilité au Cameroun. Bien plus, elles aspirent au bien-être et comptent sur les sénateurs pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Le président du Sénat a donc évoqué les efforts des représentants des collectivités territoriales décentralisées, notamment ceux de la région de l’Extrême-Nord, « qui ont bravé les menaces terroristes, pour apporter le message de solidarité, de  réconfort et d’espoir aux populations », s’est réjoui le président du Sénat.
La plénière solennelle d’ouverture de la session au Sénat a connu la présence du président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril, du Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang et d’une bonne brochette des membres du gouvernement et chefs de missions diplomatiques.
 

 

Tribune

 

Jean Marie Mama: « Nous nous engageons à accomplir notre devoir »

Sénateur RDPC, Centre

« Le discours du président du Sénat cadre bien avec l’esprit de cette session, qui se veut ordinaire. Il a fait le tour d’horizon de l’actualité nationale brulante. Nous adhérons tous à ce discours et à toutes les dénonciations qu’il a faites. Par ailleurs, nous attendons de recevoir du gouvernement ce qui aura été prévu et programmé. Nous nous engageons ainsi à accomplir notre devoir de contrôle de l’action gouvernementale ».

 

 Pierre Flambeau Ngayap: « Cette session sera riche »

Sénateur UNDP, Littoral

« Je pense que cette session sera riche, notamment dans le sens de permettre aux sénateurs d’exercer leur deuxième mission constitutionnelle qui est de contrôler l’action du gouvernement. Parce qu’après l’examen des projets de loi, nous devons pourvoir mener cette action politique de contrôle. Nous pourrons mettre à profit les deux premières semaines pour enrôler les nombreuses questions orales des sénateurs qui sont restés en suspens au cours de la dernière session ».

 

Paul Tchatchouang: « J’espère de bons textes »

Sénateur SDF, Ouest

« Il aurait été normal d’avoir déjà des informations sur les textes déposés, c’est-à-dire les différents projets de loi qui seront soumis à notre examen. Mais jusqu’à présent, nous n’en avons rien. En plus, dans le contexte actuel, il semble difficile de faire des propositions de loi. Donc, nous attendons tout ce qui pourra nous être présenté. Mais compte tenu de l’atmosphère qui règne, j’espère que de bons textes pourront nous être soumis ».

 

Charles Mbella Moki: “We Must Uphold Gov’t Policy of Peace”

CPDM Senator, South West Region

“It is a session that is coming at a very crucial moment in the life of our country. We intend to work exhaustively on issues that are intended to address the concerns of those we represent. I have no doubt that we are prepared for the challenges that are before us. These challenges have already been highlighted in one way or the other by the President of the Senate seeking the usual intervention of the government which message was given to the Prime Minister, Head of Government. As much as possible, we must uphold government’s policy of peace and national unity which government cherishes so much and which is upheld by the Senate as an institution”.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category