International

Une menace permanente

Les migrations clandestines demeurent une menace permanente. Les 92 migrants qui viennent d’être secourus en plein désert par une patrouille militaire nigérienne en apportent  la preuve. Ces migrants se rendaient en Libye avant de tenter la traversée vers l’Europe.
Certes, ceux-là ont pu échapper à la mort, contrairement aux 44 migrants qui, le 2 juin dernier, ont été abandonnés par leurs passeurs et  retrouvés morts dans le désert. Pour autant, la question des migrations clandestines se pose toujours avec la même acuité. En un an, plus de 180.000 personnes ont risqué  leur vie au départ de la Libye ou de l’Egypte pour atteindre les côtes italiennes, selon Frontex, l’agence européenne chargée de la surveillance et du contrôle des frontières .La même agence estime que 503.700 personnes ont été mises aux arrêts avant d’entrer illégalement en Europe.
Aussi curieux que cela puisse paraître, les migrants prennent autant de risques alors que les conditions de la traversée sont inhumaines. En effet, les passeurs, à la recherche du gain rapide et facile, entassent  dans des embarcations de 8 mètres  140 voire 160 migrants  y compris des  femmes et des enfants. En 2016, 3800 migrants sont décédés au cours de leur traversée. Un chiffre record de l’avis de l’Organisation des Nations unies. Déjà au mois de février dernier, les autorités italiennes remarquaient que le nombre de migrants ayant débarqué dans leur pays, depuis le début de l’année, a augmenté de 30 % par rapport à  celui de l’année dernière. Non seulement les  passeurs brutalisent les migrants au cours de la traversée, mais aussi certains d’entre eux, plus cupides, maltraitent  et vendent quelques migrants comme des esclaves.
Au-delà des mesures prises par certains Etats, il convient, peut-être, d’attaquer le mal des migrations clandestines par la racine en investissant davantage en Afrique comme l’a suggéré la chancelière allemande, Angela Merkel, lors du récent  sommet du G20 à Berlin. Car tant que les candidats au départ  seront  persuadés qu’il y a trop de désespoir en Afrique, ils iront chercher fortune ailleurs.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps