Fin de Ramadan: le cœur à la fête

 Dans les domiciles, les marchés et mosquées, les préparatifs vont bon train pour les festivités prévues dimanche ou lundi

 

Debout depuis 4h du matin et après s’être consacrée au rituel du jeûne et de la prière, Aminatou Njankouo, mère de famille, résidente du quartier Emana à Yaoundé, s’affaire dans la maisonnée. La jeune femme souhaite que tout soit en ordre le jour de la célébration de la fête de fin de Ramadan. « Je suis actuellement en train de passer la maison au peigne fin. Tout droit être propre et il ne doit pas y avoir de fausse note le jour J. Vu que nous allons recevoir beaucoup de monde : des proches, des amis et même des voisins. La porte sera grand ouverte », explique-t-elle. Dans les marchés, à l’instar de celui de Mokolo, hier, difficile de circuler au secteur des vivres frais. Les ménagères se fraient des chemins tant bien que mal pour s’approvisionner en poisson, viandes, tubercules, fruits et autres produits vivriers. « C’est déjà la fête avant la fête. La preuve, le marché est déjà bondé. C’est pour éviter les désagréments de dernière minute que je suis venue quelques jours à l’avance. Sinon je ne vais pas m’en sortir », explique une mère de famille.
Pendant ce temps, certaines ménagères soucieuses de leur apparence et de celle de leurs enfants, s’offrent des bijoux et accessoires de tous genres. « Après près d’un mois de jeûne, de sacrifice et d’abstinence, je veux être coquette le jour de la fête. C’est pourquoi je suis venue acheter des colliers et bracelets qui vont agrémenter ma tenue ce jour-là. J’ai déjà trouvé la paire de chaussures qui correspondra à ma tenue », se réjouit Rama Hamadou, fidèle. Les couturiers ont depuis peu cessé de se tourner les pouces. Les commandes abondent. Certains tailleurs, submergés par le travail, n’acceptent plus les pagnes de certaines clientes. « Depuis lundi, les commandes ne cessent d’augmenter. Et depuis ces dernier jour je suis même rentré très tard. Parce qu’il fallait que je solde les dernières  commandes. Vu l’allure, j’ai dû arrêter d’accepter les pagnes. Ceci pour éviter les problèmes avec mes clientes », déclare sans ambages un tailleur. Le ton est le même dans les mosquées. C’est chaque fidèle qui veut apporter un coup de rajeunissement ou de charité en ces lieux de prière. Ceci en astiquant les lieux pour certains et en offrant de nouvelles nattes et tapis de prière pour d’autres.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category