International

Recommandations: une batterie de réformes

Les résolutions issues du dialogue politique devraient reconfigurer la scène politique, économique et sociale du pays

Après le dialogue politique qui s’est refermé le 26 mai dernier après deux mois de débats houleux, tous les regards sont désormais tournés vers le gouvernement d’Ali Bongo Ondimba, pour la mise en application des résolutions issues de cette grand-messe politique. Contenu dans un rapport général baptisé «Accord politique d’Angondjé» (du nom du quartier de Libreville où se sont déroulés les travaux, Ndlr), ce document est une compilation de recommandations destinées à tourner la page de la longue crise postélectorale et à ouvrir une nouvelle ère au Gabon. Au niveau du mandat présidentiel, le locataire du palais du bord de mer de Libreville sera élu pour un septennat renouvelable. L’opposition pour sa part avait souhaité que le mandat présidentiel soit ramené à cinq ans renouvelable une seule fois. Cependant, la seule innovation à ce sujet est que l’élection du président de la République sera à deux tours. Fixé jusque-là à 35 ans, l’âge minimum pour se présenter à une élection présidentielle a été ramené à 18 ans. Tout Gabonais âgé de 18 ans peut désormais voter, créer une formation politique ou se présenter à une élection. Les binationaux peuvent dorénavant postuler à une élection présidentielle.
La gestion des élections sera désormais assurée par le Centre gabonais des élections (CGE) en lieu et place de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) appelée à disparaitre. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur se voit dépouillé de la prérogative d’annoncer les résultats. Selon l’Accord d’Angondjé, le président de la République devra désigner trois des neuf juges de la Cour constitutionnelle dont le président de cette juridiction. Le mandat des membres de cette Cour passe de sept à neuf ans, renouvelable une seule fois. A l’issue du dialogue politique, la Cour constitutionnelle a perdu sa mission de recensement général de la population au profit du ministère des Statistiques. Ce vaste chantier qui se profile à l’horizon verra la mise en place de la Haute Cour de justice composée de 13 membres et sera chargée de juger le président de la République, en cas de violation de son serment ou de haute trahison, et des membres du gouvernement, en cas de faute. Avec les élections législatives prévues le 29 juillet prochain, après un premier report en décembre dernier, le Gabon devra connaître dans les tout prochains jours un nouveau découpage politique. D’autant plus que l’Assemblée nationale verra le nombre de ses députés augmenter. Contrairement au Sénat qui verra le nombre de ses membres diminuer. Dans les deux chambres, la durée du mandat des membres passe de 7 à 5 ans.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps