Bongo et Ping à la Cour constitutionnelle du Gabon

Les deux candidats de la présidentielle du 27 août souhaitent que la haute juridiction examine les résultats à polémique.

Ali Bongo Ondimba et Jean Ping, les deux rivaux de la présidentielle gabonaise, ont déposé jeudi des recours à la Cour constitutionnelle. Tous deux estiment avoir constaté des fraudes dans certaines régions lors du vote du 27 août dernier. Ali Bongo Ondimba a déposé des recours concernant «certains pourcentages anormaux dans certaines régions», a affirmé à Jeune Afrique, Alain-Claude Bilie By Nze, porte-parole du candidat. Les proches d’Ali Bongo Ondimba dénoncent «une fraude massive» dans la province du Woleu-Ntem, réputée être un fief de l’opposition. De son côté, le camp de l’opposant Jean Ping a déposé un recours concernant la région du Haut-Ogooué, a rapporté à notre source, Jean-Gaspard Ntoutoume, directeur sa campagne. Dans cette région natale du chef de l’État sortant, le taux de participation a officiellement atteint 99,98%. 
Annoncée pour une médiation au Gabon vendredi, la mission de l’Union africaine ne se rendra plus à Libreville. Selon la BBC Afrique, «elle a été reportée sine die pour des raisons de calendrier», a déclaré le ministre gabonais des Affaires étrangères, Emmanuel Isozet Ngondet. «Il n’y a pas péril en la demeure, ni de situation sécuritaire ou humanitaire explosive qui justifierait une intervention plus ou moins musclée de la communauté internationale», a-t-il estimé. Idriss Deby Itno, président en exercice de l'UA, qui devrait conduire la mission africaine, devrait appeler au calme et demander aux acteurs de la crise gabonaise de «respecter les voies légales, règlementaires et constitutionnelles» pour sortir de la crise, a rappelé le ministre.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie