Les entreprises étrangères sensibilisées à utilisation de Main d’œuvre locale et transfert des technologies

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle Zacharie Perevet, vient d’effectuer une visite sur le terrain à Mfou et Mbalmayo à cet effet.

Une journée-marathon mercredi dernier pour le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop). Zacharie Perevet veut s’assurer notamment de l’utilisation de la main d’œuvre locale dans certaines entreprises gérées par des expatriés, de transfert des technologies et de la formation continue des personnels locaux, le Minefop est allé toucher du doigt les réalités sur le terrain. Une visite de travail qui rentre dans le cadre de la création de  400 000 emplois pour les jeunes en 2016, conformément au discours du chef de l’Etat à la jeunesse le 10 février 2016. Trois entreprises forestières dont deux spécialisées dans la transformation et l’exploitation du bois et une autre en charge du projet des travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen ont constitué les principales articulations de cette visite. Zacharie Perevet a marqué sa première escale mercredi dernier, dans la société Fipcam (Fabrique camerounaise de parquet) située à Mfou, département de la Mefou-et-Afamba. A en croire Stéphane Muller, le directeur général de cette structure française qui emploie 750 personnes, plusieurs postes-clés précédemment tenus par des cadres expatriés sont aujourd’hui occupés par des cadres et agents de maîtrise camerounais grâce à la politique de formation. S’agissant du transfert des technologies, certains employés ayant débuté comme manœuvres et ouvriers sont devenus aujourd’hui des chefs d’équipes, responsables d’affutage, de poids lourds, etc. Sur le plan de la sécurité sociale, le DG assure que tous les employés sont affiliés à la Cnps. 
Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle a marqué son deuxième temps d’arrêt à  la China Communications Construction Company LTD (entreprise en charge du projet de travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen). Cette société chinoise qui emploie actuellement 398 personnels dont 345 camerounais  et 53 expatriés promet de créer plus de 400 emplois d’ici à 2017. Les responsables de cette entreprise révèlent que quelques cadres camerounais sont envoyés régulièrement en Chine pour des formations. 
Le ministre a clôturé sa journée de mercredi par l’étape de Mbalmayo dans les sociétés italienne et libanaise de transformation et d’exploitation du bois Ecam Placages et SN Cocam situées  dans le Nyong-et-So’o. « Nous encourageons les entreprises à insérer davantage les jeunes camerounais ».   
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie