International

Gabon: Mborantsuo répond à ses détracteurs

Accusée en France pour «escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux», la présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon a réagi. Ses accusateurs fondent leur plainte sur le fait que la Maîtrise en droit qu’elle a obtenue en 1979 à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville a été falsifiée. Face à ces allégations, elle a fait savoir qu’à l’époque, la faculté de droit délivrait des licences Bac+4, conformément à l’ancien régime des universités françaises.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps