Les huissiers de justice se forment à l'intégration et au développement économique:

 Le colloque international ouvert jeudi dernier à Yaoundé vise à former les praticiens du droit sur l’application des actes uniformes OHADA.

Des professionnels solidement formés pour affronter les défis qui s’offrent aux Etats africains. Voilà en substance l’objectif du 33e colloque international des huissiers de justice d’Afrique ouvert jeudi dernier au palais des Congrès de Yaoundé. Une rencontre présidée par Arrey Rita, représentante du ministre d’Etat, ministre de la Justice, garde des Sceaux, Laurent Esso. Il est avant tout question de renforcer les capacités professionnelles de ces praticiens du droit autour de l’application des actes uniformes OHADA. Ceci dans l’optique d’harmoniser et uniformiser la pratique juridique dans cet espace communautaire. D’où le thème : « Le droit de l’exécution au service de l’intégration et de l’émergence des pays africains ».
A en croire Me Amos Manyama, président de la Chambre régionale des huissiers de justice du Centre, le droit de l’exécution, facteur significatif du développement économique, peut se définir comme l’ensemble des moyens mis à la disposition d’une personne en vue de lui permettre de faire exécuter ses obligations par une autre, volontairement ou par force. D’où l’importance au cours des travaux, d’avoir non seulement une bonne maîtrise du droit de l’exécution dans les processus d’intégration et de développement économique des pays africains, mais aussi  l’importance de l’huissier de justice dans la lutte des pays africains pour le développement. « Les investisseurs ou des opérateurs économiques d’ici ou d’ailleurs ont besoin d’une sécurité juridique. Un investisseur étranger doit être sûr qu’en venant investir dans un espace économique, il aura à affronter les mêmes règles de droit dans tous les Etats de cette zone économique », explique Me Manyama Amos. Autre cas de figure, lorsqu’une décision de justice est rendue et qu’elle n’est pas exécutée, le procès aura été fait pour rien. « Le magistrat qui l’a rendue se sent frustré du fait que sa décision ne trouve pas de réalisation concrète sur le terrain. Le seul professionnel capable de donner corps à cette décision est l’huissier de justice ». Pour ce qui est des actes uniformes OHADA, nombre de règles ont été définies portant recouvrement des clients. Cet ensemble de règles constitue le droit de l’exécution qui est du ressort de l’huissier de justice. Le colloque a pris fin vendredi.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category