Une responsabilité collective

International
Paul EBOA | 14-09-2017 07:04

COMMENTAIRE.

Les dérapages signalés la semaine dernière à l’Est, à l’Ouest, au Centre-est et à l’Extrême-nord de la République centrafricaine sont contraires au processus de normalisation et de stabilisation en marche depuis l’accession du président Faustin Archange Touadéra à la magistrature suprême.
L’attaque de la localité de Batangafo à l’Extrême-nord du pays est si déplorable qu’elle a ciblé le siège du Conseil norvégien pour les réfugiés, au sein duquel avaient trouvé refuge des personnes déplacées. A la suite de l’ignoble assaut, la coordination des Organisations non gouvernementales internationales a décidé de suspendre ses activités dans la localité assiégée.  Les extrémistes cherchent ainsi à torpiller le processus de normalisation pour assouvir leurs sombres desseins. Parmi ces extrémistes figurent le groupe dénommé 3 R (Retour, réclamation et réhabilitation) auquel l’attaque de Batangafo est attribuée.
Pour autant, le processus de normalisation a beau être combattu par les ennemis de la paix, il demeure d’actualité. Sa consolidation demeure une responsabilité collective. Le processus de Désarmement – démobilisation- réinsertion-rapatriement (DDRR) constitue l’un des piliers de la normalisation. Les groupes qui terrorisent encore les populations gagneraient à  se soumettre au DDRR et à faire confiance à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA) pour consolider la normalisation. Ce tournant historique du pays a été approuvé par la communauté internationale. Elle lui apporte en conséquence le soutien nécessaire. Il n’appartient pas aux combattants égarés de saborder la logique de paix. Les rencontres du panel des facilitateurs de l’initiative africaine de lundi et mardi derniers participent de cette logique de paix. Ce n’est pas un hasard si les représentants de l’Union africaine se sont réunis à Bangui autour des ministres centrafricain et congolais des Affaires étrangères, pour donner une suite à la feuille de route établie en juillet dernier. L’organisation panafricaine demeure donc à la manœuvre pour apaiser  la Centrafrique.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter