Prix Théâtre RFI 2017: Edouard Elvis Bvouma lauréat

Culture
Monica NKODO | 25-09-2017 10:03

L’écrivain et dramaturge camerounais de 35 ans a reçu son trophée hier à Limoges en France.

Edouard Elvis Bvouma a peut-être vu le coup venir. Lors de la dédicace de son livre « A la guerre comme à la Game Boy » publié chez Lansman, le 14 septembre dernier à l’Institut Goethe à Yaoundé, le dramaturge camerounais a évoqué sa nomination comme finaliste du Prix Théâtre RFI 2017 avec « La poupée barbue ». C’est justement la suite de la pièce « A la guerre comme à la Game Boy », présentée il y a 10 jours au public de Yaoundé et nommée au Prix Théâtre RFI 2015. Une poupée barbue ? L’image est digne d’un film d’épouvante, mais son sens va bien au-delà. « Elle décrit la violence de la guerre. Le fait de commencer par quelque chose de si violent me pousse à me surpasser dans l’écriture », a confié le lauréat aux confrères de RFI. L’immixtion  dans le calvaire d’une jeune fille prise en étau entre la guerre et un viol collectif, a conquis le jury présidé par Danny Laferrière, écrivain de l’Académie française. « Un texte émouvant, sombre, qui possède aussi de la drôlerie, car au cœur de la douleur, il y a une certaine drôlerie », a déclaré le président du jury de cette quatrième édition du Prix Théâtre RFI, pour justifier son choix. Fautil le préciser, Danny Laferrière est une des idoles de Edouard Elvis Bvouma. « C’est un auteur que je lisais, et je ne savais même pas que je le rencontrerais. Son roman “ Journal d’un écrivain en pyjama ” a totalement changé ma manière d’écrire », souligne Bvouma, joint par téléphone.

Le dramaturge camerounais de 35 ans, fondateur de la compagnie Zouria Théâtre, a reçu son prix hier à Limoges en France. Il est prêt à embrasser l’aventure haletante qui l’attend à présent. Car être lauréat de ce Prix Théâtre RFI visant l’émulation des jeunes auteurs francophones, c’est voir se profiler devant soi nombre d’opportunités. La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) de France lui offre une dotation financière. Sur le plan professionnel, il sera au cœur d’une résidence à la Maison des Auteurs de Limoges et au Théâtre de l’Aquarium à Paris avec le collectif « A mots découverts », financée par l’Institut français. Sans oublier une résidence de travail au Centre dramatique de Rouen suivie de lectures publiques les 6 et 7 novembre prochain, mais aussi la mise en ondes sur les antennes de RFI, et une lecture du texte au prochain festival d’Avignon. « La poupée barbue » sera elle aussi publiée chez Lansman, le célèbre éditeur belge.

Edouard Elvis Bvouma, auteur de « Black-Neige et les sept nègres », « Petit à petit l’oiseau perd son nid », entre autres pièces mises en scène, récolte de plus en plus de reconnaissance. Hier à Limoges, Edouard Elvis Bvouma n’était pas seul. Denis Suffo Tagne, cofondateur avec lui de la biennale d’écriture Contexthéâtral, a reçu le prestigieux prix SACD de la dramaturgie francophone 2017. Consécration de la passion de deux dramaturges camerounais.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter