Responsive image

Ali Bongo entame un nouveau septennat

Presidential
Sainclair MEZING | 28-09-2016 10:17

Le président réélu a prêté serment hier à Libreville au cours d’une cérémonie solennelle en présence de quatre chefs d’Etat africains.

La main gauche posée sur la Constitution, la main droite levée vers le drapeau vert-jaune-bleu du Gabon et vêtu en tenue d’apparat, Ali Bongo Ondimba a prêté serment devant la Cour constitutionnelle, quatre jours seulement après la validation de son élection. «Je jure de consacrer toutes mes forces au bien du peuple gabonais, en vue d'assurer son bien-être et de le préserver de tout dommage, de respecter et de défendre la Constitution et l'Etat de droit», a-t-il déclaré  au cours d’une cérémonie solennelle organisée hier au palais du bord de mer. Vingt et un coups de canon tirés en l’air sont venus saluer le serment.

Dans son discours d’investiture, Ali Bongo Ondimba, accompagné pour la circonstance de son épouse Sylvia Bongo Ondimba, a invité ses compatriotes au dialogue. «Je tends une fois de plus ma main à toutes les Gabonaises et à tous les Gabonais, pour qu’ensemble nous tirions les leçons du passé afin d’envisager un meilleur avenir à notre beau pays qui a besoin de tous ses enfants et de toutes les compétences», a-t-il déclaré. «Je souhaite que ce dialogue ait lieu. Je souhaite que ce dialogue soit serein pour mieux éclairer nos intentions. Je souhaite que ce dialogue n’ait qu’un seul objectif, le bien de tous», a-t-il insisté. En vue de la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, Ali Bongo Ondimba annonce des réformes constitutionnelles. «Qu’il s’agisse des élections à deux tours, de la limitation et de la durée des mandats électifs (…) tout devra être mis sur la table, sans tabou, ni soupçon», a-t-il promis. Au plan économique, il s’est engagé en faveur d’un programme reposant sur la diversification de l’économie, la bonne gouvernance et la promotion du capital humain.

En présence des chefs d’Etat du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, du Niger, Mahamadou Issoufou, de Sao Tome et Principe, Evaristo Carvalho, et du Togo, Faure Gnassingbe Eyadéma, le président réélu a été décoré par le Grand chancelier des ordres nationaux. Le Congo, la Centrafrique, le Maroc, le Sénégal et le Tchad étaient représentés par leurs Premiers ministres respectifs. Laurent Esso, ministre d’Etat, ministre de la Justice garde des sceaux, représentait le Cameroun. Alors que la France et les Etats-Unis étaient représentés par leurs ambassadeurs en poste à Libreville. Certains candidats malheureux au scrutin du 27 août dernier étaient aux avant-postes. Raymond Ndong Sima, ancien Premier ministre d’Ali Bongo Ondimba, Bruno Ben Moubamba, Dieudonné Minlama Mitogo et Gérard Ella Nguema ont pris part à la cérémonie.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter