Responsive image

Titre foncier: La fin de la fraude ?

24 heures
Azize MBOHOU | 28-09-2016 12:11

Le MINDCAF  a pris la décision de numériser 120 000 titres fonciers et de créer une base de données pour 240 000 parcelles de terrain dans plusieurs villes du Cameroun.

Le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (MINDCAF) inaugure l’ère du numérique pour sécuriser le système foncier et domanial. A l’issue de l’atelier d’examen et de validation du rapport d’étude en vue de l’informatisation générale des services, procédures et produits du MINDCAF, un nouveau cap est fixé, de nouveaux défis à relever.

C’est que, l’outil conçu par la Société d’étude des projets et de réalisation des travaux vise à moderniser les services du cadastre et des domaines. Ceci passe par le stockage, l’analyse, le partage et la sécurisation des données de la terre, ou celles situées dans son environnement. C’est ainsi que le plan d’informatisation ainsi adopté vise à mettre en place un système  fiable et sécurisé d’informations cadastrales, domaniales, foncières et patrimoniales. Jacqueline Koung à Bessike, ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, précise d’ailleurs que ces données seront « à usages multiples, exploitables par toutes les administrations publiques et privées ». Le défi majeur est donc de renforcer la fiabilité des titres fonciers et des baux, « pour reconquérir la confiance des banques ». Il faut pour cela numériser 120 000 titres fonciers et créer une base de données de 240 000 parcelles de terrain des villes de Yaoundé, Douala, Garoua, et Maroua, d’ici décembre 2017.

Mais la clé de ce processus indispensable, souligne le ministre des Domaines, c’est la sécurisation du système. Car, « il s’agit des biens et actifs très sensibles à protéger. Il faut donc intégrer des verrous de sécurité », recommande Jacqueline Koung à Bessike. Ainsi, au soir du 30 décembre 2017 (date d’expiration du contrat), le MINDCAF doit, en outre, avoir sécurisé l’ensemble de ses archives. Est aussi attendue de ce processus, la contribution à l’élargissement et à la sécurisation de l’assiette fiscale. Aussi, est-il question d’acquérir du matériel technique de pointe et de former le personnel à son utilisation. Il y va de la valorisation du domaine public et privé de l’Etat.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter