Mali : le casse-tête du Nord…

Presidential
Simon Pierre ETOUNDI | 28-09-2016 23:39

Depuis de nombreuses années, le nord du Mali est le talon d’Achille de ce pays. Ce vaste territoire quasi désertique et de prime  abord peu emballant, est l’objet d’âpres discussions pour son contrôle. Ces revendications ont culminé en 2012 avec la déclaration d’autonomie de cette partie du Mali par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Sans l’intervention de l’armée française dès janvier 2013, nul ne sait ce qu’il serait advenu du nord du Mali ou du Mali tout court.  Cela fait en tout cas, un long moment que le nord du Mali est au centre des préoccupations aussi bien des Maliens que de la communauté internationale. Cet engagement a abouti aux accords d’Alger paraphés entre les groupes armés du Nord et le gouvernement de Bamako, avec pour objectif de ramener le calme et la concorde dans cette partie du territoire malien. 
Hélas, l’embellie tarde à se dessiner. La région est toujours le terreau de toutes sortes de coups tordus et de tueries. Face à la hardiesse des groupes armés qui essaiment dans le Nord, le gouvernement de Bamako éprouve toutes les difficultés du monde à imposer son autorité. L’Etat malien s’est même résolu à « sous-traiter » le contrôle du Nord à des milices, ce qui contribue à y maintenir un climat d’instabilité et d’insécurité. Et face au pourrissement de la situation, des voix s’élèvent pour que  cette donne change. Ainsi cette semaine, les Etats-Unis par la voix de leur ambassadeur au Mali ont officiellement demandé à Bamako de se démarquer du groupe d’auto-défense, le Gatia qui s’est imposé en justicier dans la région. Pour les Américains, tous les groupes armés qui sont dans le processus de paix doivent revenir dans les rangs. Les Américains crient en outre haro sur le trafic de drogue devenu une activité très prospère dans le nord.
Au demeurant, le flou ambiant dans cette partie du Mali profite à toutes sortes de voyous et de criminels. Et tous les efforts d’y ramener  une paix durable sont dilués. Mais le coup de gueule des Américains sera-t-il de nature à faire bouger les choses dans le bon sens ? Rien n’est moins sûr. En attendant, les tensions entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), le Gatia et l’armée malienne restent fortes. Et l’angoisse des populations civiles est permanente.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter