Responsive image

Fête du coq: les 20 ans célébrés à Yaoundé

Culture
Grégoire DJARMAILA | 13-12-2017 13:56

Cette année, la communauté toupouri a mis l’accent sur la paix et le vivre-ensemble au Cameroun.

Comme de coutume depuis 20 ans, les fils et filles de la communauté toupouri se sont massés le 9 décembre dernier au stade de la concorde de l’université de Yaoundé I pour célébrer le Feo Kague (fête du coq). Cette célébration est la plus grande fête annuelle qui constitue le Nouvel an toupouri. Contrairement aux éditions précédentes, les activités se sont déroulées cette année sur quatre jours.

Il s’agit, selon les organisateurs, de marquer un temps d’arrêt pour évaluer le chemin parcouru en vingt ans de célébration. L’édition 2017 s’est voulue donc originale. Les organisateurs ont tenu à coller à l’actualité avec le thème : « Feo Kague 2017 : pour la promotion de l’unité nationale, du multiculturalisme et du vivre-ensemble ».

Selon Yanda Wanlebele, président du comité d’organisation, le Feo Kague se déroule cette année au moment où le vivre-ensemble est menacé dans certaines régions du Cameroun. « Il s’agit pour le peuple toupouri, fermement attaché aux valeurs de paix et du vivre-ensemble, d’interpeller la conscience des autres composantes de la Nation sur la nécessité de promouvoir le dialogue », souligne-t-il.

Le thème de la célébration a été décliné en une marche patriotique pour la paix organisée samedi matin à Yaoundé, avec la participation des élites toupouri. Partis du stade militaire jusqu’au monument de la Réunification en passant l’Emia, le Sed, le ministère de la Fonction publique, le rond-point de la primature, le boulevard du 20 mai, la poste centrale, le mess des officiers, les « marcheurs » qui arboraient des T-shirts aux couleurs du drapeau national, ont hissé leur banderole sur les grilles du monument de la Réunification avant de chanter l’hymne national. 

La conférence-débat qui s’est tenue jeudi soir à l’auditorium de l’Injs sur le thème de la célébration a permis aux panélistes de revisiter les us et coutumes toupouri, qui militent en faveur du vivre-ensemble. L’autre innovation a été la kermesse gastronomique organisée vendredi dernier dans les jardins de l’Injs.

La cérémonie de clôture marquée par un concert géant des danses traditionnelles toupouri a rassemblé samedi dans l’antre du stade de la concorde de l’université de Yaoundé I, danseurs du waiwa, du gurna, du lele, venus de Douala, de Mbandjock, de Nkoteng et de Mfou.

Les autres groupes de l’Ensemble national, notamment les groupes Grassfields, fang beti et sawa sont venus se joindre à ce bouillon culturel. Le tout en présence des élites toupouri. Entre autres : le Dr Taiga (Minepia), le secrétaire d’Etat aux enseignements secondaires, Boniface Bayaola, les anciens ministres Adoum Garoua et Gounoko Haounaye. L’ambassadeur Itinérant, Roger Milla, n’était pas en reste.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter