Responsive image

Trophées Francophones du cinéma:générique de fin

Culture
Monica NKODO | 18-12-2017 06:10

Samedi dernier à Yaoundé, cette rencontre internationale du 7e art est rentrée en gare avec la remise des prix.

Un film malien honoré au terme de la cinquième édition des Trophées Francophones du cinéma (TFC). « Wulu » de Daouda Coulibaly, intrigue haletante autour du trafic de drogue, a reçu l’ultime récompense au cours d’une cérémonie organisée au palais des Congrès à Yaoundé le 16 décembre dernier.

La clôture de cette rencontre internationale placée sous le haut patronage du chef de l’Etat, s’est tenue en présence du ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi, du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, de Claire Denis, présidente de ces cinquièmes TFC, de Denise Epote, directrice Afrique TV5Monde, de l’actrice française Julie Gayet, invitée d’honneur, mais aussi de nombreuses personnalités diplomatiques, des médias et du cinéma. Une soirée faste pour conclure deux semaines d’activités intenses autour du 7e art.

Le Cameroun ressort plutôt fier de cette édition 2017 des TFC qu’il a accueillie du 4 au 16 décembre dernier. Un prix du public pour « La patrie d’abord !!! » de Thierry Ntamack. Le jeune réalisateur se voit distingué pour avoir glané plus de 500 cinéphiles au cours de la projection de son film le 9 décembre dernier à la salle Canal Olympia, située dans le campus de l’Université de Yaoundé I à Ngoa-Ekelle.

Jacques Greg Belobo est également reparti avec le prix du meilleur second rôle masculin pour ce film autour du patriotisme et de la bravoure de l’armée camerounaise. Le réalisateur camerounais Eric Bodoule Sosso grâce à son film « Djambar, Sembene l’insoumis », ressort de ces TFC avec la récompense du meilleur long métrage documentaire.

La standing-ovation de la soirée a été accordée à Gérard Essomba. Les 40 ans de carrière de l’acteur émérite ont été consacrés avec un Trophée d’honneur.

L’accompagnement de la production est monté un cran au-dessus. Le Centre national du Cinéma et de l’image animée (CNC) de France et ses partenaires s’associent pour créer le premier fonds de soutien dédié à la jeune création dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne et Haïti.

Dans le même sens, des bourses comme celles attribuées par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), Orange Studio ou la Fondation David Hadida, vont permettre aux lauréats camerounais d’aller au bout de leurs rêves, en mettant sur pied leurs projets de films.

Grâce aux TFC, les cinéphiles de Yaoundé ont pu renouer avec leur passion. Des projections, 28 au total, entre longs et courts métrages, films de fiction et documentaires, ont permis de parcourir le cercle de la Francophonie sur grand écran.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter