Responsive image

« C’est le moment d’asseoir les connaissances »

24 heures
Alfred MVOGO BIYECK | 09-01-2018 07:58

L'explication

Elisabeth Ntonga, proviseur du Lycée général Leclerc.

Madame le proviseur, c’est parti pour le deuxième trimestre. Peut-être le plus important de l’année scolaire. Qu’est-ce qui fait la spécificité et la particularité de ce trimestre chez vous ?

C’est un trimestre important parce que c’est le moment d’asseoir les connaissances. Au cours du premier trimestre, on a revisité les prérequis et maintenant, il est question de réviser, de rattraper les parties du programme qui ont pu être négligées, d’organiser les cours de remise à niveau pour les enfants en difficulté. C’est pour cela que de plus en plus, ils vont être sollicités notamment le samedi pour réviser, rattraper avec pour objectif de couvrir tous les programmes à la fin du trimestre.

Puisque vous parlez de programmes, quels sont les dispositions concrètes qui sont prises pour leur couverture effective ?

Il faut que dès le mois de janvier, nous puissions rattraper les cours qui n’ont pas été donnés au premier trimestre avant d’envisager la suite. Et vers la fin de ce trimestre, nous mettrons l’accent sur les révisions. C’est pour cela qu’à partir du mois de février, nous pourrons parler d’examens blancs, question de jauger et avoir une idée du niveau de nos apprenants. On va également multiplier et intensifier les travaux dirigés pour qu’au troisième trimestre, on ne mette essentiellement l’accent que sur les révisions.

N’oubliez pas qu’entre-temps, il y a la semaine de la fête de la jeunesse. Une période pendant laquelle les élèves sont très souvent distraits. Comment comptez- vous les occuper ?

Nous avons prévu des journées d’interruption de cours parce que nous ne pouvons pas les interrompre totalement. La semaine de la jeunesse est organisée et il y a un seul jour pour l’investissement humain et le jour du défilé. Pour le reste, il y a cours et des activités post et périscolaires. Plus question de laisser comme par le passé, les enfants se balader dans les rues. Tout sera bien organisé.

Quid de la discipline ?

Nous avons été assez sévères au point où, vers la fin du premier trimestre, nous avions déjà atteint la stabilité. Généralement au deuxième trimestre, on n’a plus beaucoup de cas d’indiscipline, mis à part ceux de quelques élèves qui viennent au premier trimestre et quand ils sentent que l’école n’est pas leur affaire, ils commencent un petit désordre. On s’en sépare. Je pense que le problème de discipline ne va pas se poser.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter