Cameroon-Tribune

Vivement une solution pérenne

24 heures
Simon Pierre ETOUNDI | 15-01-2018 12:22

Regard

Les propos rassurants des autorités du ministère du Commerce sur la disponibilité des stocks des denrées de grande consommation dont le poisson résonnent encore dans les esprits. Effectivement, il y a quelques semaines, les nouvelles des marchés étaient sans ombre. La période des fêtes a bien été maîtrisée en termes de disponibilité des stocks de poisson particulièrement.

Mais après, les amoureux de poisson font la grimace. Depuis quelques semaines, le poisson se fait rare sur les étals des marchés. Davantage, contrairement à certaines pénuries observées par le passé, ce n’est pas seulement une variété de poisson qui manque à l’appel, mais c’est bien l’ensemble de cette denrée dont la disponibilité pose problème.

Résultat des courses, on observe une tendance haussière des prix qui plongent les ménages dans l’embarras. Mais qu’est-ce qui n’a pas marché? Mystère…

La pénurie observée ces derniers jours et la hausse des prix ne sont pas pour autant une nouveauté. Par le passé, la disponibilité du poisson a été au centre des préoccupations. La filière poisson étant tributaire de la conjoncture internationale.

En effet, l’essentiel des stocks consommés localement provient de l’extérieur. Ainsi, le marché national est à la merci des vents défavorables sur le marché international. Les importateurs doivent ainsi se montrer particulièrement ingénieux et proactifs pour satisfaire les consommateurs nationaux.

Mais cela est loin de couler des sources. Malgré toute leur bonne volonté, ils font souvent eux-mêmes face à la rareté du poisson à l’international. Et de façon récurrente certaines variétés posent plus de problèmes que d’autres.

Dans ces conditions, la disponibilité et le prix sur le marché local s’en trouvent influencés. Par ailleurs, outre la disponibilité fluctuante du poisson à l’international, les importateurs déplorent des taxes douanières élevées et les aléas des transactions commerciales et financières internationales. Ils réclament plus d’implication de l’Etat pour faciliter les importations.

Ce soutien étatique leur semble acquis au regard de l’investissement permanent du ministère du Commerce pour garantir la disponibilité des denrées pour les consommateurs. Mais pour éviter les grincements de dents actuels et à venir, il faudrait que tous les acteurs s’accordent sur les procédures et que chacun prenne ses responsabilités.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

A Proximity Public Service

Politique
Joseph LE | 13-08-2018 12:30 0 0

Address by Joseph LE, MINFOPRA at the inaugural press briefing, Yaoundé, 8 August 2018.

“The Minister of Communication and dear colleague;
The Secreta...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter