Cameroon-Tribune

Responsive image

Développement de la filière riz: le gouvernement peaufine la relance

Economie
Aïcha NSANGOU | 17-01-2018 09:19

Le ministre délégué auprès du Minepat a achevé lundi dernier dans la région du Centre sa tournée d’identification d’un programme d’extension de la riziculture.

Le potentiel est là, reste à le transformer en réalité. Potentiel en terres, potentiel en ressources humaines. C’est ce qu’il faut retenir de la visite de Yaouba Abdoulaye, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) chargé de la planification dans le département de la Haute Sanaga et de la Lékié lundi dernier.

Objectif, identifier un programme de développement et d’extension de la riziculture au Cameroun. C’était en fait la dernière étape d’une mission interministérielle dans les régions du Nord-ouest, de l’Ouest et du Centre.

Il était question d’«observer comment s’effectue la riziculture sur le terrain afin de planifier la mise en oeuvre d’un programme d’extension et de développement de cette filière», a expliqué le ministre. Tour à tour, Yaouba Abdoulaye a écouté les doléances des riziculteurs dont celles de Santchou entre autres, qui attendent la réouverture de la Société de développement de la riziculture dans les plaines des Mbo (Soderim).

Un espace de 4500 ha, qui employait plus de 1500 personnes pour la production, la transformation et la commercialisation du riz.

Heureusement, quelques coopératives et GICs maintiennent le statut de zone productrice de riz décernée à la localité. Procédé similaire donc dans les localités de la région du Centre lundi dernier. Première escale, le Centre de formation de la riziculture dans le département de la Haute Sanaga, visite des lieux puis descente dans les champs.

Le Mindel/ Minepat a également fait un tour dans la localité de Batschenga dans le département de la Lékié. Après cette descente, on peut penser à la suite de ce processus engagé par le gouvernement dans le but de fixer à au moins 1 200 000 tonnes la production locale de riz.

Elle est aujourd’hui de 100 000 tonnes, alors même que les importations sont de 500 000 tonnes. «Nous allons faire un rapport pour rendre compte à notre hiérarchie. Ensuite on va élaborer la fiche d’identification du programme, puis planifier le programme puis, valider cette planification et l’adresser au ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

Il sera aussi question de l’accompagner pour que le programme soit effectivement préparé et monté», a indiqué Yaouba Abdoulaye.

La suite prévoit également la maturation, le financement, la budgétisation et enfin la mise en oeuvre de ce programme sur le terrain. Objectif : rendre visible d’ici la fin de l’année des résultats sur le terrain. D’ailleurs, le ministre a instruit au terme de sa mission le lancement d’ici la fin du premier semestre de trois programmes agropoles dans la Lékié, à Nkoteng et Nanga-Eboko.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Yaoundé: Tenor en concert

Culture
Gaël de SOUZA | 17-08-2018 10:06 0 0

 Demain à 18h au Palais des Sports, l’artiste va animer un show plein de promesses.

Tenor le promet : demain, jour du concert, les portes seront ouverte...
Lire la suite

Responsive image

Charity Gala To Assist Needy Children:

Culture
Dilian WELLENG (Intern) | 17-08-2018 10:02 0 0

The donation will help provide didactic material to children under the care of Alliance Smile NGO.

The Non-Governmental Organization (NGO), Alliance Smile For Children, h...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter