Nécessaire synergie d’actions

24 heures
Grégoire DJARMAILA | 18-01-2018 09:37

Regard

La consommation de la drogue, de l’alcool et des substances psychoactives constitue le terreau de la criminalité qui sévit dans les différentes localités du pays. Les drames et les horreurs enregistrés au quotidien dans nos villes et villages sont pour la plupart commis sous l'emprise de ces fléaux.

L’école a été longtemps une sorte de sanctuaire à l’abri des perversions et des penchants malfaisants. Mais l’irruption de la drogue et l’alcool dans les enceintes scolaires et universitaires illustre à suffisance le caractère rampant de ces fléaux. La présente campagne vient donc à point nommé. Elle intervient au moment où la jeunesse est exposée aux nouvelles idéologies qui promeuvent l’extrémisme violent et le terrorisme.

Cette opération de réarmement moral se déroule également dans un contexte où le Cameroun connaît de graves et sérieuses menaces à la paix sociale et à l’intégrité de son territoire par le fait des terroristes illuminés et suffisamment drogués dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême- Nord.

Dans l’Extrême-Nord, des jeunes enrôlés de force ou de gré dans les rangs de la secte terroriste Boko Haram sont devenus de véritables machines à tuer.

Cette horde de barbares déshumanisés et drogués utilisent des bombes humaines et des cocktails Molotov pour semer la mort et la désolation au sein de la population.

Dans les deux autres régions sus-citées, de jeunes instrumentalisés égorgent et assassinent avec une froideur déconcertante des civils et des éléments des forces de défense et de sécurité.

Leur bravade contre les forces de l’ordre se nourrit de la consommation des stupéfiants et des substances psychoactives.

A ces fléaux viennent se greffer les risques liés à la mauvaise utilisation des technologies de l’information et de la communication. Il est question de veiller à ce que ces outils n’égarent pas la jeunesse où développent en elle des déviances de toutes sortes.

Au moment où le Cameroun s’apprête à vivre d’intenses moments à travers l’organisation des échéances électorales et sportives, les pouvoirs publics ne veulent lésiner sur aucun moyen pour barrer la voie à ces fléaux.

Mais parce que la drogue est un véritable phénomène dévastateur qui gangrène la société et charrie de lourdes conséquences dans divers domaines, le combat doit être collectif.

Si les autorités éducatives doivent renforcer l’encadrement des apprenants au sein de leurs établissements, les parents sont interpellés sur leurs responsabilités à veiller sur les comportements et les fréquentations de leurs progénitures.

La mobilisation de l’opinion publique autour cette croisade interpelle les autorités administratives sur l’absolue nécessité de réactiver l’interdiction des débits de boissons autour des enceintes scolaires et universitaires.

Les administrations douanières et policières doivent quant à elles, redoubler de vigilance sur la circulation et la commercialisation de certaines drogues importées comme le tramol. En fin de compte, la campagne de sensibilisation, d’information, d’éducation et de communication de masse doit être suivie d’une campagne de répression pour décourager les conduites addictives.

Il s’agit d’une mission de salut public pour sauver la jeunesse.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter