Exigence de performance

24 heures
Simon Pierre ETOUNDI | 22-01-2018 11:51

Regard

Depuis quelques années, ça s’agite sur les docks africains. Tous les pays qui bénéficient d’un accès à la mer se sont résolus à ne plus en profiter seulement pour  permettre aux populations de se dorer au soleil. Il est désormais question de faire du business et d’en tirer le plus grand profit. A cet égard les ports d’Afrique sont en pleine mutation.

Là où ils n’existaient pas, les autorités en ont construit et leur poids économique a fait des débouchés maritimes du continent un enjeu de pouvoir primordial. Plus de 80 % du commerce extérieur de ces pays, y compris ceux dépourvus de façade maritime, transite  par les ports. Ainsi, une véritable compétition est ouverte entre les différentes places portuaires.

Et le Cameroun n’est pas en reste. Il veut rester dans le jeu pour tirer tous les avantages des routes maritimes de la façade atlantique.
C’est dans ce cadre qu’il faudrait situer la récente actualité du port de Douala, où les responsables de cette place portuaire, la plus importante du pays jusqu’ici, ont présenté leurs nouvelles ambitions. Le port de Douala envisage tout simplement de devenir un pôle de référence dans le golfe de Guinée.

Pour ce faire, il doit se mettre à niveau. Le port doit déjà faire face à l’étroitesse de son chenal et son faible tirant d’eau qui depuis des années l’ont contraint à concéder une partie de son activité au port congolais de Pointe noire. En effet c’est à partir de Pointe noire que les cargaisons des plus gros navires qui ne sont pas capables d’emprunter le passage ensablé menant aux quais du port de Douala sont débarquées.

Aujourd’hui pour faire face à la concurrence internationale qui est devenue plus intense, un nouveau déploiement est envisagé au Port autonome de Douala (PAD). Du reste, selon les spécialistes, le manque de fluidité au sein des infrastructures portuaires, la vétusté des réseaux de transport qui connectent les ports notamment, constituent des freins au développement des places portuaires.

Et Douala est dans cette situation. Le PAD a dès lors besoin de plus d’espaces pour étendre le terminal à conteneurs, aménager des zones d’attente de camions, bref devenir une vraie plateforme logistique portuaire moderne.

Le défi est d’autant plus grand que la place portuaire de Douala sert également de base logistique aux pays de l’Hinterland (Tchad et Rca). Dans ces conditions, les aménagements annoncés au PAD sont une bonne nouvelle. C’est impératif pour envisager la performance.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter