Responsive image

Rude saison sèche !

Regions
Mireille ONANA MEBENGA | 23-01-2018 05:32

 Poussière, toux et conjonctivite touchent nombre d’habitants de la ville depuis des semaines.

Jean-François Z., conducteur de moto sur la ligne Logbessou-Pharmacie de Makepe, dans l’arrondissement de Douala V, est tout couvert de poussière. On a l’impression qu’il sort tout droit d’une brousse lointaine.

Mais c’est bien dans la ville qu’il tourne. Pour se protéger de la poussière qu’il doit braver au quotidien, ce moto-taximan a adopté des lunettes et un cache-nez. « Vous savez que pendant la saison sèche, les gens sont souvent malades.

Le cache-nez que je porte depuis bientôt deux semaines me permet d’éviter certaines maladies respiratoires. Et les lunettes c’est pour éviter la conjonctivite. » L’état dans lequel se trouvent toutes les motos qui garent au carrefour Rhône-Poulenc confirme les dires de ce « bendskinneur ».  

Depuis que la saison sèche a pris le relais de la longue saison des pluies, l’air est presque irrespirable à Douala, à cause de la poussière. Sans oublier qu’elle tapisse rues et ruelles, ainsi que les pistes de quartier, tout comme les maisons. Marguerite T. ménagère installée au quartier Bepanda Omnisports, confie :

« Je suis obligée de passer le chiffon sur les meubles au moins une fois par jour, sinon on aura l’impression que le ménage n’a jamais été fait. La poussière arrive jusque dans les placards. C’est vraiment difficile cette année ».

En dehors de la poussière, plusieurs personnes font face à divers problèmes de santé tels que la toux, la grippe, le rhume et la conjonctivite, entre autres. Dans certaines formations sanitaires, les consultations liées à ces pathologies ont considérablement augmenté.

C’est également le cas  dans les pharmacies, où l’on constate que les médicaments les plus sollicités sont ceux liés à un état grippal.

Pour le Dr Noël Essomba, de l’hôpital de district de Nylon, le climat actuel est vraiment rude dans la capitale économique, tout en étant propice au développement de certains micro-organismes, dont les virus.

D’où sa recommandation de mettre l’accent sur l’hygiène. Notamment, se laver constamment les mains et, au besoin, se faire consulter à la moindre alerte.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter