Responsive image

« 2018 connaîtra une accélération particulière »

Politique
Félicité BAHANE N. | 25-01-2018 06:33

www.onjcameroun.cm a été lancée. Ce qui a permis notamment aux jeunes de la diaspora de pouvoir s’inscrire pour bénéficier du PTS-Jeunes au même titre que leurs compatriotes résidant au pays, aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines. A date, l’effectif des jeunes de la diaspora ayant exprimé la volonté de bénéficier de ce coup d’accélérateur décisif est d’un peu plus de 3 000. Parmi les jeunes inscrits et vivant a u pays, 38 de leurs groupes ont bénéficié d’un financement spécial à l’occasion du lancement solennel du PTS-Jeunes, en janvier 2017 par le Premier ministre, chef du gouvernement représenté à cette occasion par le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique. Le montant global des financements ainsi octroyé était d’environ 380 000 000 F.CFA. Il convient de relever qu’il a ensuite été mis sur pied par le Premier ministre, un cadre de pilotage et de suivi du PTS-Jeunes sous la forme d’un Comité présidé par le Secrétaire général de ses services. Ce comité a déjà validé l’ensemble des procédures et des outils qui sont utilisés pour les différentes activités du plan. Conformément à ces procédures, issus de l’ensemble du territoire national et de toutes les catégories, 3 835 projets de jeunes en individuel ou en groupes ont été élaborés et incubés après que tous leurs promoteurs soient passés par leur réarmement civique et moral. La première cuvée de 2150 projets de jeunes est déjà financée à hauteur d’environ 3 300 000 000 FCFA, 847 autres projets de micro-activités ou de junior-entreprises sont en examen par le Comité pour financement. Et les business plans des 838 projets restants sont en cours de réajustement pour être soumis au Comité de validation. Concernant spécifiquement la construction et l’équipement des CMPJ, leurs plans architecturaux et techniques types ont été élaborés et validés pour chacune des catégories des CMPJ (régional, départemental et d’arrondissement)

 

Et où en est-on avec la mobilisation des fonds ?

Il est prévu que quatre mécanismes de financement soient implémentés cumulativement : le Trésor public ; le recours aux banques ; les emprunts obligataires en direction de la diaspora camerounaise à l’étranger ; les dons et aides des bailleurs de fonds et partenaires techniques et financiers de la communauté internationale. Pour autant, il convient d’insister sur le fait que le PTS-Jeunes est un programme gouvernemental d’insertion socioprofessionnelle des jeunes. La mobilisation de la totalité de son budget annoncé par le chef de l’Etat incombe au Trésor public, suivant des programmations budgétaires inscrites dans la loi de finances. Cette budgétisation se veut d’ailleurs conforme aux grandes orientations contenues dans la circulaire fixant les directives du chef de l’Etat pour la préparation du budget 2018.

La mise en œuvre du PTS-Jeunes est justement l’une des priorités du budget 2018. A quoi doit-on s’attendre?

2018 connaitra une accélération particulière dans l’exécution du PTS-Jeunes. Cette accélération va se traduire par un nombre plus important de jeunes préparés, financés et appuyés dans leur installation en entrepreneuriat correspondant aux trois domaines prioritaires que sont l’agriculture, l’économie numérique, l’industrie et l’artisanat ainsi que l’innovation. Dans ce registre, il est prévu que le processus de mobilisation, conformément aux jeunes déjà inscrits, commence au niveau de tous les 360 CMPJ d’arrondissements pour les jeunes vivant au pays et pour ceux de la diaspora, le processus va se poursuivre en ligne comme il a déjà commencé. On devrait ainsi assister au cours de cette année, à des vagues de financement des projets productifs de jeunes, parmi les promoteurs qui auront satisfait à leur réarmement civique et moral ainsi qu’aux indications relatives à la préparation et à la validation desdits projets. Les projets à financer restent les projets productifs d’entrepreneuriat économique avec trois paliers : les subventions ou crédits non remboursables, les crédits à taux bonifié et les crédits remboursables à faible taux. Avec cette répartition, l’objectif reste de soutenir les jeunes en fonction de leurs ambitions ainsi que de consolider un fonds pérenne de financement de leurs initiatives ; fonds déjà expérimenté au ministère de la Jeunesse et de l’Education civique sous la forme d’un Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ).

 

">

 Levy Hervé Oyono, Inspecteur général au Minjec, rapporteur au secrétariat technique du comité de suivi du PTS-Jeunes.

Concrètement, quel est le contenu du Plan triennal spécial Jeunes (PTS-Jeunes) ?

Doté d’une enveloppe globale de 102 milliards F.CFA, le Plan Triennal « Spécial Jeunes » est une prescription du chef de l’Etat au gouvernement, à l’occasion du cinquantenaire de la célébration de la fête de la Jeunesse. Ce plan, le premier du genre destiné à un groupe social spécifique au Cameroun, est destiné, selon son très illustre instructeur, à faciliter et à accélérer l’insertion économique de la jeunesse. Dans ce cadre, après diverses concertations et sur la base des propositions du ministère en charge de la Jeunesse, il a été convenu que le plan soit articulé autour de trois grands groupes d’activités que sont le réarmement civique et moral des jeunes, l’insertion socioprofessionnelle de ces jeunes ainsi que la construction et l’équipement des Centres multifonctionnels de promotion des jeunes (CMPJ). Le réarmement moral et civique se fera autour d’un ensemble de mesures éducatives envisagées pour booster l’imaginaire des citoyens en vue d’asseoir une force d’action symbolique orientée vers la promotion de l’esprit éthique, de l’intégrité, du sursaut patriotique et de l’esprit civique auprès des jeunes. Concernant l’insertion socioprofessionnelle, il s’agira essentiellement d’appuyer les projets d’entreprise des jeunes à travers une assistance technique et un financement. S’agissant de la construction des CMPJ, il est question d’améliorer les infrastructures et les équipements nécessaires à ces structures chargées de l’encadrement de proximité des jeunes.

Qu’est-ce qui a déjà été fait à ce jour?

Dès l’annonce du plan, une très forte mobilisation des jeunes et du Minjec s’est opérée autour de cet important outil pour informer, sensibiliser et mobiliser ses potentiels bénéficiaires sur l’ensemble de l’étendue du territoire. Cette démarche s’est traduite à date par l’inscription de plus de 500 000 jeunes auprès de l’Observatoire national de la jeunesse logé dans les CMPJ et chargé de cette mobilisation. D’ailleurs, pour mieux l’assurer, une plateforme numérique accessible à l’adresse www.onjcameroun.cm a été lancée. Ce qui a permis notamment aux jeunes de la diaspora de pouvoir s’inscrire pour bénéficier du PTS-Jeunes au même titre que leurs compatriotes résidant au pays, aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines. A date, l’effectif des jeunes de la diaspora ayant exprimé la volonté de bénéficier de ce coup d’accélérateur décisif est d’un peu plus de 3 000. Parmi les jeunes inscrits et vivant a u pays, 38 de leurs groupes ont bénéficié d’un financement spécial à l’occasion du lancement solennel du PTS-Jeunes, en janvier 2017 par le Premier ministre, chef du gouvernement représenté à cette occasion par le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique. Le montant global des financements ainsi octroyé était d’environ 380 000 000 F.CFA. Il convient de relever qu’il a ensuite été mis sur pied par le Premier ministre, un cadre de pilotage et de suivi du PTS-Jeunes sous la forme d’un Comité présidé par le Secrétaire général de ses services. Ce comité a déjà validé l’ensemble des procédures et des outils qui sont utilisés pour les différentes activités du plan. Conformément à ces procédures, issus de l’ensemble du territoire national et de toutes les catégories, 3 835 projets de jeunes en individuel ou en groupes ont été élaborés et incubés après que tous leurs promoteurs soient passés par leur réarmement civique et moral. La première cuvée de 2150 projets de jeunes est déjà financée à hauteur d’environ 3 300 000 000 FCFA, 847 autres projets de micro-activités ou de junior-entreprises sont en examen par le Comité pour financement. Et les business plans des 838 projets restants sont en cours de réajustement pour être soumis au Comité de validation. Concernant spécifiquement la construction et l’équipement des CMPJ, leurs plans architecturaux et techniques types ont été élaborés et validés pour chacune des catégories des CMPJ (régional, départemental et d’arrondissement)

Et où en est-on avec la mobilisation des fonds ?

Il est prévu que quatre mécanismes de financement soient implémentés cumulativement : le Trésor public ; le recours aux banques ; les emprunts obligataires en direction de la diaspora camerounaise à l’étranger ; les dons et aides des bailleurs de fonds et partenaires techniques et financiers de la communauté internationale. Pour autant, il convient d’insister sur le fait que le PTS-Jeunes est un programme gouvernemental d’insertion socioprofessionnelle des jeunes. La mobilisation de la totalité de son budget annoncé par le chef de l’Etat incombe au Trésor public, suivant des programmations budgétaires inscrites dans la loi de finances. Cette budgétisation se veut d’ailleurs conforme aux grandes orientations contenues dans la circulaire fixant les directives du chef de l’Etat pour la préparation du budget 2018.

La mise en œuvre du PTS-Jeunes est justement l’une des priorités du budget 2018. A quoi doit-on s’attendre?

2018 connaitra une accélération particulière dans l’exécution du PTS-Jeunes. Cette accélération va se traduire par un nombre plus important de jeunes préparés, financés et appuyés dans leur installation en entrepreneuriat correspondant aux trois domaines prioritaires que sont l’agriculture, l’économie numérique, l’industrie et l’artisanat ainsi que l’innovation. Dans ce registre, il est prévu que le processus de mobilisation, conformément aux jeunes déjà inscrits, commence au niveau de tous les 360 CMPJ d’arrondissements pour les jeunes vivant au pays et pour ceux de la diaspora, le processus va se poursuivre en ligne comme il a déjà commencé. On devrait ainsi assister au cours de cette année, à des vagues de financement des projets productifs de jeunes, parmi les promoteurs qui auront satisfait à leur réarmement civique et moral ainsi qu’aux indications relatives à la préparation et à la validation desdits projets. Les projets à financer restent les projets productifs d’entrepreneuriat économique avec trois paliers : les subventions ou crédits non remboursables, les crédits à taux bonifié et les crédits remboursables à faible taux. Avec cette répartition, l’objectif reste de soutenir les jeunes en fonction de leurs ambitions ainsi que de consolider un fonds pérenne de financement de leurs initiatives ; fonds déjà expérimenté au ministère de la Jeunesse et de l’Education civique sous la forme d’un Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ).

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter