Responsive image

Adressage de Yaoundé: la première plaque dévoilée

Societe
Alfred MVOGO BIYECK | 26-01-2018 09:58

 Gilbert Tsimi Evouna, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé l’a solennellement découverte hier au quartier administratif.

Ambiance toute particulière hier en mi-journée, au niveau du ministère des Finances. Une foule de curieux se forme spontanément à l’arrivée du cortège du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna. « Que vient-il encore y faire ? », entend-on ici et là. Ils ne tarderont pas à avoir la réponse à leur interrogation.

Le délégué du gouvernement est présent sur les lieux, pour solennellement procéder à la découverte de la première plaque nominative de rue, dans le cadre du projet d’adressage de la ville de Yaoundé. Sous les acclamations de la foule. Et cette première plaque, porte le nom de Essono Ela, un chef traditionnel de Yaoundé, qui a cédé du terrain aux colons allemands. Cette rue part du carrefour « Immeuble rose » à la Caisse d’épargne postale.

Bien avant cette découverte de plaque, la salle des Actes de l’Hôtel de ville, a abrité la troisième session du comité de pilotage du projet d’adressage de la ville de Yaoundé. Elle était présidée par Gougo Jean, 6è adjoint au délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé.

Il ressort de cette rencontre que le projet d’adressage, financé jusque-là, par l’Association internationale des maires francophones (AIMF), a pour objectif de faciliter l’orientation des usagers dans la ville de Yaoundé. A ce jour, le comité a grâce à des enquêtes de terrain, mis à jour la cartographie de la ville, une base de données, procédé à la codification des rues, à la fabrication de 10 000 plaques, réalisé le plan de Yaoundé et finalisé celui de panneautage etc.

L’adressage apparaît donc, pour la Communauté urbaine, comme une opération dont l’importance n’est plus à démontrer, notamment dans le cadre de la collecte des taxes communales, l’extension des zones périphériques, l’identification des poches d’habitat…

Reste que les échanges ont permis de relever des zones d’ombre et des manquements, sur la distribution des fiches d’enquête, le choix des cibles, l’attribution des numéros de rues, la fiche d’identification, la vulgarisation du plan-guide du projet qui semble un impératif, notamment pour les sapeurs pompiers, les services de sécurité et de santé, de distribution de courriers, factures.

La Communauté urbaine a tenu à rassurer : le chantier est vaste et il ne fait que commencer. Il subira, sans doute, de nombreux aménagements, et toutes les suggestions sont les bienvenues.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter