Lait contaminé: on a retenu la leçon

Societe
Jeanine FANKAM | 26-01-2018 10:05

 Les commerces se sont débarrassés des produits Lactalis, et les mamans se montrent plus prudentes dans les pharmacies.

«Une dame qui a donné un produit lactalis à son enfant ? Eh bien, Je suis là ! ». Ainsi s’introduit Laurine Ngah dans un entretien du reporter de CT avec un pharmacien hier à Yaoundé. Son témoignage est plutôt enjoué. « Je m’apprêtais à reprendre le travail après mon congé de maternité.

Un mois avant, j’avais décidé de soumettre le bébé au lait artificiel pour l’en habituer. Dans la grande variété de laits infantiles des rayons, j’avais jeté mon dévolu, tout à fait par hasard, sur Celia, un des produits de Lactalis… ».  A peine deux semaines passées qu’elle apprend la décision de retrait des produits de ce fabriquant sur le marché pour cause de contamination à la salmonelle.

« Alors immédiatement, j’ai arrêté et j’ai couru chez un pharmacien pour faire ce que je n’aurais jamais négligé : demander conseil ». Aujourd’hui, Laurine Ngah achète un autre lait  pour son enfant. « Un peu par nostalgie. Ce lait a nourri des générations d’enfants », justifie-t-elle son choix. Le Dr. Eric Sunjio, pharmacien, renseigne que le premier conseil qu’il donne systématiquement aux femmes qui sollicitent son avis par rapport à l’utilisation du lait artificiel est simple : « Le lait maternel est le meilleur ». En cas de force majeure, d’autres gammes de bonne qualité existent dans les rayons.

Minette Nganso Lechant arrivait au pays quand cette crise de lait contaminé se déclenchait. « Je donnais le lait Picot (un autre produit Lactalis, ndlr) à mon enfant qui avait alors trois mois. Je l’ai remplacé par Modilac que l’enfant rejetait presque systématiquement. Puis j’ai décidé de le soumettre complètement au sein plutôt que de tâtonner », relate la jeune maman.

Dr. Eric Sunjio pense que ce rejet dû au changement de lait par l’enfant peut s’expliquer par le fait que l’enfant ne reconnaît plus le goût du lait auquel il était habitué. Mais généralement, il finit par s’adapter. S’agissant des produits essentiellement pharmaceutiques comme le sel de réhydratation orale Lactalis, le pharmacien rassure aussi que des alternatives existent qui sont proposées aux patients.

Plus de trace des marques Lactalis dans les commerces à Yaoundé. Désiré Manga Anaba de la brigade nationale du Contrôle et de répression de fraude au ministère du Commerce affirme que des dispositions ont été prises dès que la nouvelle de la contamination de ces produits a  circulé.

Après la mobilisation pour le retrait de tous ces aliments et médicaments des circuits de vente, une veille est assurée sur toute l’étendue du territoire à travers les brigades régionales, départementales et d’arrondissement. A Yaoundé par exemple, 400 kg de produits incriminés ont été sortis des étals, selon des informations fournies par la délégation régionale du Commerce pour le Centre.

A Douala, on signale à ce jour, la saisie effective de dix marques de produits pharmaceutiques Lactalis pour un total de 41kg et cinq marques dans les espaces commerciaux évaluées à 1,8 tonnes.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter