Responsive image

Vivre ensemble: la leçon de Nicoletta Mariolini à l’Iric

Politique
Alexandra TCHUILEU N. | 26-01-2018 10:43

Hier, la déléguée fédérale suisse au plurilinguisme a partagé l’expérience de son pays avec les étudiants de cette institution au sujet de la décentralisation et de l’usage des langues.

Au-delà d’une leçon, c’était un partage. De la complexité quotidienne, de la diversité culturelle et linguistique, mais surtout de la souplesse dans la gestion d’un pays à la population diversifiée. Nicoletta Mariolini a donné des détails sur la vie en Suisse.

Hier, la déléguée fédérale suisse au plurilinguisme a entretenu les étudiants de l’Institut des Relations internationales (Iric) sur un sujet ayant pour thème : « Vivre ensemble : langue, culture et décentralisation Dialogue entre le Cameroun et la Suisse ».

De cet exposé, on retiendra que la Suisse, c’est 26 cantons, plus de 1000 communes, trois langues officielles (allemand, français et italien) et une quatrième (romanche) qui s’impose peu à peu. Contrairement au Cameroun, chaque canton en Suisse utilise une seule langue officielle pour le travail.

« La Suisse est le résultat d’un processus historique, mais pas d’unification. Au fond, il n’y a jamais eu une volonté d’unification venant du haut. Cela a été la volonté de la base avec trois cantons, ensuite les autres ont suivi », a relevé Nicoletta Mariolini, pour montrer la différence avec le Cameroun.

De la même manière, elle a expliqué la mise en œuvre du fédéralisme dans ce pays. Par exemple, tous les textes et décisions relevant de la Constitution sont systématiquement traduits et publiés dans les trois langues officielles. Ce à quoi s’attèle la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme au Cameroun depuis sa création en 2017. De plus, chacun des cantons a un pouvoir exécutif, un Parlement et des tâches précises. La Constitution est leur point de repère.

« En Suisse, on vit rarement des symbioses parfaites. Il faut chercher, et surtout se donner les moyens pour que cela arrive », a-t-elle ajouté. Un exemple de décentralisation propre à la Suisse dont le Cameron s’est enrichi à travers les apprenants de l’Iric.

Le vice-président de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, Oumarou Djika Saïdou, et le directeur de l’Iric, Salomon Eheth, ont également pris par à ce forum diplomatique.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

1 commentaire(s)

    Raoul CHEUDJIO a écrit le 2018/02/18 09:32:57 :
    Une excellente leçon qui nous permettra d\'améliorer le vivre ensemble dans notre cher et beau pays le Cameroun

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter