Responsive image

"Le commerce doit être facilité"

Economie
Félicité BAHANE N. | 29-01-2018 09:38

  Alamine Ousmane Mey, Ministre des Finances.

Monsieur le ministre, quel message adressez-vous à la douane camerounaise, à l’occasion de sa journée internationale ?

La journée internationale de la douane est un évènement qui nous permet de faire le bilan de l’année écoulée et de se projeter dans le cadre de l’exercice suivant. Le thème de la célébration 2018 porte fort à propos sur la sécurité du commerce, pour promouvoir le développement. Ce sont des éléments fondamentaux, qui sont à la base de la vision gouvernementale. A savoir, faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035. Pour y arriver, nous avons la forte conviction que le commerce joue un rôle primordial. Il doit donc être facilité et réalisé dans un cadre où la douane joue, au-delà de son rôle traditionnel de collecte de ressources, aussi le rôle de protecteur de l’activité économique. Il s’agit de lutter contre la fraude et le commerce illicite, d’encourager les entreprises citoyennes à réaliser convenablement leurs activités. Bref, il s’agit de participer à la création de la richesse, tout en collectant de façon optimale la ressource pour financer le budget de l’Etat.

Quels sont les objectifs 2018 ?

Nous avons, dans un contexte difficile en 2017, réussi à atteindre les objectifs définis et nous tenons à féliciter le personnel de la douane et les encourager à faire mieux. C’est-à-dire continuer à agir dans le sens de la maîtrise du risque, l’accompagnement de l’entreprise, la coopération avec les partenaires privés pour faire du Cameroun un pays attractif en matière d’investissement, un pays protecteur des entreprises citoyennes, un pays qui facilite les relations entre les différents acteurs du monde économique. Dans son adresse à la Nation, en 2014, le président de la République a rappelé que sans la sécurité, il n’y a pas la paix et sans paix il n’y a pas de développement. Nous voulons donc inscrire le thème 2018 de la Journée internationale de la douane dans cette logique. Mais il s’agit d’une démarche commune : secteur privé et secteur public. Tous les acteurs doivent œuvrer ensemble pour que les efforts qui sont déjà réalisés en matière de réformes portent leurs fruits.

A propos de réformes, où en est-on ?

La douane camerounaise est déjà engagée sur plusieurs réformes qui visent à faciliter le passage au niveau des ports, sécuriser les activités économiques, lutter contre le commerce illicite. Nous voulons aussi jouer pleinement notre rôle en matière de lutte contre le terrorisme. L’administration des douanes ainsi engagée va davantage jouer son rôle d’accompagnement au regard des ressources humaines disponibles, des matériels et équipements mis à disposition et surtout, au regard de l’impulsion au sommet de l’Etat et au sein du gouvernement pour lui donner les meilleures chances de réussite de sa mission.

 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter