Responsive image

Offre de divertissement: l’IFC veut séduire Douala

Regions
Rita DIBA | 30-01-2018 00:28

Objectif de l’Institut français, proposer des activités saines aux habitants de la cité économique.

«Le 11 février, après le défilé de la fête de la jeunesse, on voit habituellement des groupes de jeunes errer sans but précis dans la ville. Mais ce jour-là, nous avons prévu des séances de cinéma pour les divertir de façon saine. »

Par ces mots, Abraham Nana, chargé de communication de l’Institut français du Cameroun, antenne de Douala, exprimait la volonté de l’établissement de faire corps avec la cité sur les berges du Wouri et ses habitants à travers son offre de divertissement. L’homme s’exprimait ainsi récemment, lors de la présentation du programme bimestriel de l’IFC de Douala aux médias, un rendez-vous qui ambitionne de devenir permanent.

Occasion pour Amandine Sagnes, la directrice déléguée de l’Institut français de Douala, de revenir sur les grandes articulations qui vont ponctuer janvier et février 2018. En commençant bien entendu par les deux évènements phares : les concerts de Sally Nyolo vendredi et Youssou N’Dour le mois prochain.

Et pour l’ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef, il ne sera pas seulement question de scène, mais aussi de débat d’idées, avec sa participation à la conférence sur l’entreprenariat et l’autonomisation des femmes africaines. Cité économique du Cameroun oblige !

Toujours en rapport avec Douala, l’exposition photos sur la Route nationale n°3, particulièrement les hommes et les femmes qui travaillent sur le chantier du deuxième pont sur le Wouri, joyau de la ville. Une expo en partenariat avec l’Agence française de Développement.

Et pour les tourtereaux résidant ou de passage dans l’ex-Kamerunstadt, Ben Decca va leur chanter l’amour le jour de la Saint-Valentin, 14 février. Mais avant cela, parce qu’il est question de culture en partage, Douala la cosmopolite accueillera une conférence débat sur le thème « La langue : révélateur d’identité et outil de lien social », dans le cadre du projet international, « La Caravane des dix mots ».

Ceci n’est qu’un aperçu d’un riche programme, entre musique, littérature, danse, théâtre, arts visuels, opéra, cinéma, etc. Un mélange de disciplines avec un lien commun expliqué par Amandine Sagnes : « Un lien très fort avec le jeune public. C’est le public de demain, d’où l’importance de l’associer à toutes nos activités ».
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter