Responsive image

Croissance économique: les pistes de la diversification

24 heures
Aïcha NSANGOU | 30-01-2018 01:21

Les faits

Plusieurs actions engagées pour réduire la dépendance aux matières premières dont les prix sont instables.

«Allez, soyons défaitistes et imaginons que dans trois ans, au terme du programme triennal conclu avec le Fonds monétaire international (Fmi), le Cameroun traverse toujours les réalités qui l’ont conduit à la difficile conjoncture qu’il vit actuellement.

Et bien, réponse du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Louis Paul Motaze: «les mêmes causes produiraient les mêmes effets ». Le Cameroun doit donc se réajuster au bout de cette période (2017-2020). Ceci passe par la diversification de son économie.

Chantier au pied duquel le Minepat veut désormais s’atteler. C’est par conséquent sur le thème : «Accélérer la diversification de l’économie pour une croissance forte et durable» que ce département ministériel tient sa conférence annuelle depuis hier à Yaoundé.

Il est question, selon Louis Paul Motaze, que le personnel soit édifié sur les voies et moyens qui concourent à la transformation structurelle de l’économie, mais aussi les mesures d’accompagnement du secteur privé.

«La coïncidence fait bien les choses parce que jusqu’à vendredi dernier, j’étais dans le Moungo qui est un grand bassin de production agricole. Je suis allé m’intéresser à deux filières importantes: la filière banane et la filière café. Les causes de la crise, nous les connaissons, et ce qui nous a permis de résister un peu plus que les autres à cette crise, c’est la diversification de l’économie.

Une diversification qui est insuffisante, incomplète, raison pour laquelle nous aussi sommes frappés par la crise», a indiqué Louis Paul Motaze. Il faut mettre les bouchées doubles pour réduire la dépendance au pétrole et aux autres matières premières. Aucun levier pouvant aboutir à cette transformation structurelle de l’économie ne devra être négligé.

«L’approche filière constitue le levier de la diversification de l’économie et l’objectif, c’est de travailler sur des filières structurantes en termes de chaines de valeur, d’organisation et de transformation.

Le décollage industriel devrait permettre de densifier cette dynamique des chaînes de valeur et constituer un peu le socle d’où vont émerger les champions nationaux», indique  Lucien Sanzouango, secrétaire permanent du secrétariat technique du Comité de compétitivité.

Il ajoute par ailleurs la mise en place des inter-professions qui sont des plates-formes regroupant tous les acteurs d’une filière face à l’Etat. Au ministère des Finances également, on travaille déjà à la réussite de cet objectif.

Des actions telles que l’élargissement de l’assiette fiscale pour améliorer les revenus fiscaux non pétroliers et la multiplication des filières de croissance pour renforcer la résilience sont entreprises.

L’objectif est bien évidemment d’avoir une croissance forte et durable, tirée par plusieurs secteurs d’activité.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter