Responsive image

Lutte contre Boko Haram: le satisfecit du haut-commandement

Politique
Joël MAMAN | 31-01-2018 08:52

Le chef d’étatmajor des armées (CEMA) est allé à la rencontre des troupes du 24 au 27 janvier dernier.

«Je ne suis pas dans la région de l’Extrêmenord parce que ça va mal. Quand un travail est bien fait il faut le reconnaître, Donc, je suis là pour féliciter les troupes pour le bon travail abattu dans le cadre du conflit contre Boko Haram ».

Voici qui est clair : l’objet de la visite de travail du chef d’état-major des armées, le général de corps d’armée, René Claude Meka, dans la 4e Région militaire interarmées (RMIA4) du 24 au 27 janvier 2018 dernier. Accompagné d’une importante suite constituée d’autres personnalités militaires de haut rang, cette visite a surtout porté sur la conduite du séminaire thématique 2017 et le contrôle opérationnel.

Par air tout comme route, cette forte délégation des militaires a sillonné la région de l’Extrême-nord en allant tour à tour au poste de commandement de la RMIA4 et la garnison militaire à Maroua, au poste de commandement de la 41e brigade d’infanterie motorisée à Kousseri et à Mora et au poste de commandement du secteur N°1 de la force multinationale mixte (FMM) à Mora. Durant tout ce périple, le CEMA a rencontré à huis clos ses hommes.

Néanmoins, à la fin de sa visite, il s’est confié à la presse pour donner en quelques mots l’objet de sa visite. On pourra retenir en quintessence que cette visite qui se tient en tout début d’année a pour objectif de venir non seulement féliciter les troupes au front pour l’excellent travail abattu dans le conflit contre Boko Haram, mais aussi leur souhaiter les meilleurs voeux pour l’année 2018, et surtout leur transmettre le soutien « du chef de l’état chef suprême des armées ».

A cette occasion, il dira que Boko Haram perd de plus en plus le terrain, de plus en plus d’homme et de plus en plus de l’influence sur les populations « parce que en plus des nombreux coups qu’ils reçoivent sur le terrain, il y a beaucoup de départs dans leurs rangs, ce qui est rassurant pour nous », a indiqué le CEMA.

A l’endroit des populations, et particulièrement aux repentis de Boko Haram que René Claude Meka a rencontrés à Mora, il a dit c’est une chance pour eux d’être revenus à la maison, au Cameroun. Certes ils ont commis une erreur en rejoignant Boko Haram. « Comme ils sont revenus dans leur mère patrie, nous les accueillons les bras ouverts.

Mais qu’ils sachent que le Cameroun a besoin de tous ses enfants pour se bâtir. Donc, qu’ils n’aient peur de quoi que ce soit et qu’ils s’intègrent rapidement dans la grande famille camerounaise », a-t-il conseillé.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter