Responsive image

Eau et énergie: de grandes attentes en 2018

Economie
Félicité BAHANE N. | 31-01-2018 15:03

Le ministre Basile Atangana Kouna engage ses collaborateurs à travailler dans ce sens. C’était hier à Yaoundé, à l’ouverture de la conférence des responsables de ce département ministériel.

Ce n’est pas souvent que le ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) réunit ses responsables en conférence des services centraux et déconcentrés. La dernière date de 2013. A en croire le ministre Basile Atangana Kouna, les circonstances n’ont hélas pas permis la tenue annuelle de cette rencontre;

« cadre privilégié d’une concertation indispensable à la modernisation du sous-secteur eau et électricité. Une opportunité exceptionnelle d’apprécier ensemble, le chemin parcouru, lire l’actualité de l’action gouvernementale et envisager les conditions du bon accomplissement de nos missions ».

Si en 2013, les travaux de la conférence ont porté sur les « stratégies de rattrapage du déficit énergétique et de l’amélioration de l’accès à l’eau potable », aujourd’hui, cinq ans plus tard, le Minee engage ses collaborateurs à réfléchir sur la « Problématique de l’accès à l’eau potable et à l’énergie : enjeux de l’optimisation du suivi de la mise en oeuvre ».

Les travaux y relatifs se sont ouverts hier au Palais des congrès de Yaoundé. D’emblée, Basile Atangana Kouna a relevé qu’entre 2013 et 2018, d’importantes infrastructures ont été réalisées : des barrages hydroélectriques (Lom Pangar, Memve’ele, Mekin, etc.) et des stations de production d’eau potable rénovées ou construites (Akomnyada, Nkolbisson, Yato, etc.)

Aujourd’hui, il est davantage question de faire la connexion entre les installations de production et les consommateurs, notamment les ménages et les industries. Autrement dit, il faut assurer la mise en place des lignes de transport électrique et poser les conduits d’eau potable.

Concrètement, selon Basile Atangana Kouna, le Minee doit s’investir davantage pour la production d’énergie électrique avec un objectif se situant entre 2 000 et 6 000 MW à l’horizon 2030 ; l’amélioration du réseau de transport électrique actuel et la construction à terme, d’un réseau de tension adéquate capable de transporter une puissance de 10 000 MW.

En matière d’eau potable, le Minee parle de « tripler pratiquement la capacité actuelle », tout en « multipliant le taux d’accès tant en milieu urbain que rural au moins par un et demi ».

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter