Stationnement: le casse-tête des parkings

Societe
Rabiyatou MANA | 01-02-2018 06:08

 Trouver une place pour se garer devient de plus en plus difficile dans la capitale.

La scène a retenu l’attention de plus d’un badaud à l’avenue Kennedy à Yaoundé. Deux dames se crêpent le chignon pour un problème de stationnement. « Elle me voit clignoter pour garer mon véhicule, et c’est à ce moment qu’elle se stationne. Ce n’est pas sérieux. Et lorsque je lui fais la remarque elle me demande d’aller me pendre », explique la jeune dame à qui veut l’entendre.

De son côté, l’autre dame rétorque: « Est-ce que c’est ton parking ? Si tu es forte, déplace ma voiture », dit-elle en avançant vers son adversaire. Heureusement, des passants interviennent. « Nous sommes habitués à vivre ce genre de scènes causées par le manque d’emplacements pour se stationner. Se garer ici à l’avenue Kennedy est un vrai challenge », explique un commerçant.

Non loin de là, au lieu-dit « Montée Abbia », Gerald Kontchou, tenancier d’une structure d’informatique installée dans la zone a également de la peine à se garer. Il a déjà sillonné les environs. « Il faut arriver très tôt pour avoir la chance de garer son véhicule non loin de mon lieu de service. Sinon, il faut sillonner pendant une dizaine de minutes au moins les environs, à la recherche d’une place libre », explique-t-il.

Près d’un hôtel très fréquenté du même secteur, les usagers ont aussi du mal à trouver un espace pour  leur véhicule. « Non seulement il est difficile de se garer, mais une fois que l’on a trouvé de l’espace, il faut veiller à ne pas être bloqué», se plaint Yves Soumou, usager. Face à de telles difficultés, plusieurs automobilistes optent pour des solutions originales et quelque peu risquées. « Je préfère garer ma voiture dans un ministère de la place, non loin de mon lieu de service. Puis, je rejoins mon bureau à pied», indique Lazare Mezand.

Au marché central, dans le centre-ville, et même vers les secteurs où les ministères sont concentrés, les scènes de mauvais stationnements sont quotidiennes. Dans les quartiers tels que la Briqueterie, Essos, Mvog-Ada, Mimboman, pour ne citer que ceux-là, des injures fusent entre automobilistes à certaines heures de la journée, à cause du stationnement.

La Communauté urbaine de Yaoundé (CUY) et les municipalités ont également pris le problème à bras le corps. Des parkings payants ont été créés pour faciliter le stationnement. Du côté des municipalités, la police municipale se bat tant bien que mal pour contourner ces dérives. « Il faut que l’Etat arrange les routes en élargissant les passages, et en créant plus de parkings afin d’éviter le désordre urbain », suggère Guy Ndoumou, ingénieur de travaux publics.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter