Responsive image

Pâtes alimentaires : le boom du made in Cameroon

Economie
Michèle FOGANG | 01-02-2018 09:32

 La fabrication locale a réussi à se faire une place dans le secteur jadis dominé par les marques importées principalement d’Europe.

«Melissa », « Primo gusto », « Barilla», « Familliar amiga », « Belle France » ou encore « Netto ». En matière de pâtes alimentaires, les consommateurs camerounais ont de quoi combler leur appétit. En effet, cette denrée alimentaire est assez répandue dans l’espace commercial local. Magasins, supermarchés, petits commerces, les lieux pour s’en procurer sont légion.

L’acheteur a le choix entre différentes formes. Les conditionnements sont tout aussi variés. Il existe des pâtes en 250g, en 500g, 1kg et en 5kg. Les prix varient de 300 F à 450 F pour les paquets de 250g, de 450 F à 1200 F pour ceux de 500g, de 1000 F à 3000 F pour 1kg et environ 5000 F pour les sacs de 5 kg.

A côté des marques en provenance d’Italie, de France, de Turquie, d’Espagne et du Portugal entre autres, le made in Cameroon a réussi à se faire une place de choix dans les rayons et à figurer au rang des plus prisés. On peut citer « Broli », « la Pasta », « Panzani » (qui fait dans le reconditionnement des pâtes importées) qui proposent des paquets de 250g, 500g et 1kg dans une fourchette de prix allant de 250 F à 1800F. D’après certains commerçants, la tendance est plutôt aux pâtes made in Cameroon, moins chères et de bonne qualité. Ce sont davantage les clients les plus nantis et les expatriés qui sollicitent les variétés importées.

Au ministère du Commerce (Mincommerce), on explique en effet que bien que n’étant pas soumises à la procédure d’homologation préalable des prix, la pâte alimentaire fait cependant partie d’une liste de biens et services essentiels dont la commercialisation reste étroitement surveillée par l’administration. Ceci, à travers des relevés périodiques de prix et de stocks.

Toujours d’après des informations recueillies dans ce ministère, le secteur est encadré par la norme NC2122003-03 sur les pâtes de semoule de blé dur, rendue d’application obligatoire au Cameroun. De ce fait, qu’il s’agisse de produits locaux ou importés, l’exigence d’un certificat de conformité à cette norme est de mise.

De même, l’industrie locale de pâtes alimentaires bénéficie de l’accompagnement de l’Etat qui souhaite ainsi protéger le tissu industriel sans toutefois stopper les importations. Aussi, le ministère des Finances (Minfi) a-t-il signé une décision le 9 mai 2016 portant révision de la valeur de référence à l’importation des pâtes alimentaires.

Ladite valeur a été relevée à 750F par kilogramme contre 500F pour la même quantité par le passé. Cette décision revoyant à la hausse la valeur de référence camerounaise, a permis aux locaux de faire concurrence aux marques importées qui avaient jadis l’avantage des prix plutôt compétitifs et de la qualité.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Décret N°2018/314 du 23 mai 2018 portant Ratification de l’accord de prêt d’un montant de 30 000 000 d’euros, soit 19 678 710 000 francs CFA, conclu le 19 mars 2018 entre la République du Cameroun et la BMCE Bank international PLC, pour le financemen

Presidential
Paul BIYA | 24-05-2018 11:46 | 0 0

Le président de la République décrète,

Vu la Constitution;
Vu la loi N°2017/021 du 20 décembre 2017 portant loi de Finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2018 ;
Vu l’ordonnance N° ...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter