Cameroon-Tribune

Responsive image

Lutte contre le trafic de drogue:L’Extrême-Nord remobilisée

Politique
Joël MAMAN | 01-02-2018 09:59

 La traque des producteurs, vendeurs et consommateurs en bonne voie.

Marché central de Maroua, au pied du bac à ordures d’Hysacam, Aisha y vient tous les après-midis autour de 14h après la prière. Dès son arrivée, comme une trainée de poudre, l’information circule dans les environs et un attroupement se crée.

La jeune fille de 18 ans vend une substance faite à base de formol. C’est une composition de drogue très prisée à cet endroit.

La meurette coûte 100 F. Ses clients se bousculent pour se faire servir. Parmi eux, les moto-taximen, les enfants de la rue et parfois des personnalités hors de tout soupçon, à la recherche des sensations fortes. Mais le comble c’est que parmi ses clients il y a de nombreux élèves, surtout ceux de la classe de troisième, et c’est connu de tous.

A Maroua, ce n’est pas le seul endroit où se déroule ce genre de commerce, l’activité est très fréquente dans le lit des mayos, qui quadrillent la ville. Il est 9h ce jeudi 25 janvier 2018. A certains endroits du mayo Kaliao, tout à coté au pied d’un arbre, la tête baissée, des jeunes semblent dans une séance de recueillement.

Pourtant, ce sont visiblement des consommateurs d’une drogue locale appelée « Banga ». Ces scènes de prise de stupéfiants sont courantes dans les lits des cours d'eau itinérants, des buissons et autres montagnes qui servent de temple aux consommateurs. C’est quand ils ont les yeux hagards et globuleux qu’ils s’affichent.

Il s’agit de produits très prisés par les jeunes. Une étude menée par une organisation non gouvernementale a révélé que la tranche d’âge la plus touchée par ce phénomène oscille entre 13 et 17 ans.

Ces stupéfiants et excitants se déclinent sur plusieurs noms : le Banga, le D10, le Diazapan, l’Exol 5 et 4, le Prometazyl, Homme fort… Mais les plus consommés restent le Tramol et le Diazapan.

Des comprimés qui, disent les consommateurs, ont la vertu de donner du tonus. « Ça détend et chasse tout ce qui est stress, fatigue, frousse. Bref, ces comprimés vous dégagent, explique un consommateur. Pour un autre, « lorsque vous le prenez, c’est plus discret et ça ne dégage pas d’odeur comme la bière ou le bil-bil ».

En milieu scolaire il est très fréquent de mettre la main sur des élèves qui en consomment. Au lycée de Figuil par exemple, Nicolas Souman un des enseignants nous apprend que c’est généralement dans les toilettes ou tout au long des clôtures que les dealers à savoir, les moto-taximen, les vendeurs ambulants des médicaments de la rue viennent  livrer ces produits malpropres à la consommation aux élèves.

« Pour lutter contre le phénomène, l’administration du lycée a décidé de poster devant les toilettes au moins un surveillant pour, soit traquer ou intimider les acteurs du circuit », témoigne-t-il.

Sinon le phénomène prenait déjà de l’ampleur et cela nous inquiétait car malgré les exclusions, la situation ne changeait pas. il y a même des élèves qui s’évanouissent lors du cours de sport », poursuit l’enseignant. Les points de ravitaillement sont dans les différents petits marchés périodiques et chez les vendeurs ambulants qui en sont les véritables dealers.

A 100 francs CFA la plaquette de 10 comprimés de 50 milligrammes et 150 francs celle de 100 milligrammes, ils se les arrachent comme des bouts de pain. Les vendeurs ambulants interrogés sur les produits affirment tous que les gens demandent beaucoup plus le Tramol dont les dérivés sont le tramadol, tramol et tralam. Les conséquences de la consommation de ces stupéfiants sont innombrables.

Plusieurs jeunes devenus dépendants de ces produits sont devenus des malades mentaux. D’autres subissent encore le traumatisme. Les agressions nocturnes sont l’œuvre de jeunes et autres enfants de la rue adeptes de ces stupéfiants qui se vendent à la barbe des autorités médicales.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Yaoundé: Tenor en concert

Culture
Gaël de SOUZA | 17-08-2018 10:06 0 0

 Demain à 18h au Palais des Sports, l’artiste va animer un show plein de promesses.

Tenor le promet : demain, jour du concert, les portes seront ouverte...
Lire la suite

Responsive image

Charity Gala To Assist Needy Children:

Culture
Dilian WELLENG (Intern) | 17-08-2018 10:02 0 0

The donation will help provide didactic material to children under the care of Alliance Smile NGO.

The Non-Governmental Organization (NGO), Alliance Smile For Children, h...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter